Jusqu'au 29 septembre, Raymond Reynaud, un artiste de la Neuve Invention chez Marseille-Provence 2013 PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Mercredi, 03 Avril 2013 21:14

decharge

Raymond Reynaud, à La Peyronnette, près de Senas (photo Jean Bernard).

Il était né à Salon-de-Provence le 8 octobre 1920. Sa ville natale ainsi que l'association des amis de Raymond Reynaud organisent pour le prochain été, sous la responsabilité de Juliette Laffon, déléguée aux arts plastiques de Marseille-Provence 2013, une rétrospective qui regroupera une cinquantaine de ses peintures et de ses sculptures dans la Salle Septier de Salon, du 5 juillet au 29 septembre. Le vernissage se déroulera le 4 juillet 2013, Martine Lusardy, directrice de la Halle Saint-Pierre de Paris, préface le catalogue de cette exposition. 


Raymond Reynaud était un homme plein d'humour, de malice et de délicatesse. La faconde méridionale, les éclats de rire, le courage et la vivacité de ce personnage foncièrement simple et généreux étaient merveilleusement contagieux. Son coeur fut souvent malade, de méchantes dépressions le guettèrent lorsqu'il fut contraint d'abandonner son métier de peintre en bâtiment. Plusieurs médecins, des guérisseurs plus ou moins convaincants, un grand amour de la vie, la compagnie d'Arlette qu'il épousa en 1959, toutes sortes de ruses et de finesses, ainsi qu'une très belle force intérieure lui permirent d'oeuvrer entre Alpilles et Durance, jusqu'à l'âge de 87 ans.

Sa biographie raconte qu'il avait perdu sa mère dés l'âge de douze ans ; son père s'était remarié. Raymond n'avait pas réussi son certificat d'études. Tout en devenant apprenti-peintre en bâtiment, il avait volontiers participé aux cours du soir de l'école d'art de Salon : des natures mortes et des paysages provençaux sans saveur particulière témoignent pour son assiduité. Il suivit aussi des cours de solfège. Son saxophone lui permit de fonder des orchestres de bal-musette qui sillonnèrent les campagnes pendant cinq joyeuses années : les petits groupes d'amis qu'il avait réunis s'appelaient Donald et ses boys, Rigth Music, ou bien Bikini Jazz.

3Edouard
"Monsieur Edouard", gouache huilée sur contreplaqué, format  60 x 88 cm (photo Jean Bernard).
Son appétit de savoir et sa curiosité ne désarmèrent jamais. Raymond Reynaud n'était pas un farouche réfractaire : il suivit des stages dans le cadre des "Académies populaires" et de mouvements associatifs liés à la Fédération Léo Lagrange. Sa culture personnelle était étonnante. En connaissance de cause et sans bluff, il lui arrivait d'évoquer au milieu d'une conversation tout à fait détendue les fresques de Lascaux, l'Art Roman, le Christ de Cimabue, les mandalas tibétains, Miguel de Cervantès, Vincent Van Gogh et Gaston Chaissac, Lucian Freud et Jean-Michel Basquiat.

Raymond Reynaud fut un tardif, un homme d'intuition et de persévérance. Il lui fallut attendre le contexte libertaire des années soixante-dix et sa mise à la retraite anticipée pour que ses talents d'outsider puissent s'affirmer. Il avait coutume de se définir comme un "serviteur du temps". Il estimait très sincèrement que "c'était le Bon Dieu" qui avait fini par lui donner sa chance. Quelque part dans une enclave perdue, ce qu'il aura le mieux réussi, à partir d'un minuscule point sur la carte de l'hexagone, en parallèle à son oeuvre de peintre et de sculpteur étonnamment foisonnante, ce fut un art de vivre à nul autre pareil.

En 1964, il avait décidé d'habiter à l'écart du bourg de Senas, parmi des lopins de terre bordés de haies, une maisonnette située dans une sorte de "pays où l'on n'arrive jamais", le quartier de la Peyronnette. A partir d'un noyau primitif indéniablement modeste - quelques pièces encadraient une cuisine et une salle de séjour - son domicile s'était considérablement agrandi et diversifié. Les jardinets et les demeures permanentes d'Arlette et de Raymond Reynaud étaient devenus au fil des ans un univers en perpétuelle mutation, un labyrinthe doté de multiples dépendances.

L'itinéraire que l'on empruntait pour converser avec lui était déconcertant, de prime abord difficile à mémoriser. Dans une surface réduite on appréhendait une étrange série de piécettes où l'on déambulait tout en regardant un prolifique déploiement d'oeuvres, des montées d'escaliers, des couloirs et des diverticules. On découvrait une incroyable succession d'appentis et de greniers, des décrochements et des renfoncements, des absidioles ainsi que des petites nefs agrémentées de collatéraux. Pour ce qui concerne la décoration extérieure, on contemplait sur la façade et sur le pourtour de la toiture des chimères, des tourelles et des clochetons, une savoureuse statuaire en plâtre qui représentait gauchement l'apparition de petits esprits, ou bien la protection de divinités plus ou moins païennes : par exemple, dans l'entrée d'une pièce réservée aux sculptures de Raymond, on apercevait trois gardiennes dont les tracés, les visages et les généreuses morphologies étaient auréolés par des sièges de tracteurs.

Son univers pictural n'avait rien d'immédiatement rassurant : un cap solidement gardé, une grande indocilité, des tremblements et beaucoup de sauvagerie, quelque chose de virulent ou bien d'épouvantablement pathétique fermentaient dans presque toutes ses compositions. Lorsque je lui rendais visite, je découvrais tout d'abord au rez de chaussée de  La Peyronnette un espace réservé aux peintures des Sept Péchés capitaux ainsi qu'aux grimaces d'une Danse macabre. Une seconde pièce accueillait des totems et des sculptures, issus d'assemblages de rebuts sélectionnés parmi les décharges voisines. Après quoi, on se retrouvait dans les espaces doubles d'une sorte de sanctuaire dévolu aux thèmes du Cirque ainsi qu'à son monumental polyptyque de Don Quichotte.

5quichotte
Le Don Quichotte de Raymond Reynaud, partie centrale (photo Jean Bernard).

Au premier étage, à côté de deux pièces centrales où s'accrochaient des gouaches ainsi que la magnifique composition du rétable de Jean de Florette, on retrouvait des contreforts, des espaces latéraux conçus pour abriter une accumulation de masques et d'objets africains, toutes sortes d'imageries, des cadeaux, des fragments de mail art, des assemblages, des petits formats et des estampes offerts par de nombreux amis artistes. Raymond Reynaud n'était pas un solitaire : il y avait en lui un véritable charisme, un constant souci de transmission. En contrepoint à ses recherches, des forces exogènes s'organisaient : des dialogues et des complicités s'aimantaient autour de lui, l'atelier pour adultes du Quinconce vert qu'il avait créé en 1978 fut un point de ralliement pour de multiples expériences. Des personnes de la proche région comme Frédéric Altman, Marie-Christine Blanc, Jean-Claude Caire, Gérard Estragon, Andréa Ferréol, Marie Morel, Léon Claude Vénézia et Pascal Verbena ont aimé commenter son travail. Des écrits et des correspondances en témoignent : du côté de l'art singulier, il lui arriva de rencontrer des connaisseurs de premier plan comme Alain et Caroline Bourbonnais, Laurent Danchin, Paul Duchein, Jean Dubuffet, Martine Lusardy, John Maizels et Michel Thévoz.

En février et mars 1998, dans le petit espace de ma galerie de la rue des Marseillais, j'avais composé une exposition intitulée "Sous le vent de l'art brut" ; cette exposition regroupait une artiste du Quinconce vert, Jeanne Disdero, Pierre Ledda et Raymond Reynaud. En 1999, Michel Bepoix qui fut le responsable de la galerie d'art du Conseil général des Bouches du Rhône m'avait demandé d'écrire le texte d'un livre édité par Arnaud Bizaillon et Images en manoeuvres ; Jean Bernard avait été choisi pour réaliser des photographies in situ, nous avions tenté de révéler l'incroyable microcosme de sa maison. En même temps, je voulais raconter que cet homme magnifique était parvenu à s'affranchir des étroitesses de son environnement immédiat. Sans mythification, avec beaucoup de constance et de gentillesse, Raymond Reynaud avait lancé ses passerelles vers l'extérieur : il avait franchi plusieurs seuils, son oeuvre avait été montrée jusqu'à Baltimore et New York, Michel Bepoix avait fait transiter son travail dans plusieurs villes d'Espagne.

Un rituel gouvernait nos visites. Il y avait tout d'abord le café du matin, nous étions accueillis par les sourires et les plaisanteries d'Arlette et de Raymond. On s'attardait dans la salle à manger qui sert aussi d'atelier et de bureau, on demandait des nouvelles, on conversait autour des derniers travaux qui venaient d'être réalisés. Après quoi, on retournait voir les peintures et les sculptures. Les pièces de la maison étaient sombres, pour la plupart démunies d'ouvertures ; elles s'éclairaient et s'éteignaient les unes après les autres. Pendant l'hiver, le mistral était souvent prégnant. Il faisait terriblement froid, la plupart des salles sont orientées vers le nord. Raymond Reynaud vissait sa casquette et s'emmitoufflait dans une vieille veste de velours gris pour nous accompagner.

Raymond Reynaud fut à la fois sculpteur et monteur-assembleur d'objets. Dans la pièce où s'entreposaient ses sculptures, on affrontait quelque chose d'immédiatement violent : une manière de cri difficile à oublier se faisait entendre. Parmi les cendres et les bordilles des décharges publiques, il avait récupéré toutes sortes d'épaves et de fragments accumulés dans ses réserves : de vieux jouets, de la matière plastique, des bouts de sommier, des grillages de poulailler, des paniers de vendanges, de la dentelle, des nids d'abeilles, des morceaux de racines et des souches d'arbres érodés par le grand âge et les intempéries. A force de respect et d'attention, dans l'intrication de ses matériaux disgrâciés à propos desquels il répétait qu'il s'agissait de cadeaux du Bon Dieu, Raymond avait progressivement identifié des formes, des couleurs et des rimes  intérieures. Ses méditations, son amour des choses d'ici-bas et ses rêveries l'avaient conduit à recomposer lentement, coller ensemble et puis nouer des ébauches de visages, des éléments de colonnes vertébrales, des fragments de membres et de corps. Grâce à divers pals, tuteurs et socles de fortune, il verticalisait sommairement des silhouettes d'outre-tombe dont il tentait de recoudre les plaies.


1portrait
Raymond Reynaud en compagnie de ses sculptures (photo Jean Bernard).

Raymond Reynaud avait rafistolé sur ses personnages divers insignes, des vêtements, des parures, des masques et des gants de pacotille. Un registre irrémédiablement détonnant s'affirmait : au contact de ces fantoches plus ou moins fantômatiques, on appréhendait sourdement ce qui, dans l'ordre de la matière comme de l'humain, peut ne pas succomber à l'omniprésence de la mort. Dans ce monde implacablement déchu, pour tous ces Roi Lear de la décharge et ces Madones des bas-fonds, il faisait surgir quelque chose d'irréductible et d'infiniment perdu, un ultime sursaut de résistance. Sans angelisme ni brutalisme, Raymond était parvenu à introduire parmi ses assemblages autre chose qu'un simple désastre : des notes de révolte, d'humour et de compassion. Un étrange renversement s'opérait. Mal cicatrisés, empêtrés dans un passé qui ne passait jamais, les visages tuméfiés de ses estropiés incarnaient quelque chose d'inécoutable : de l'urgence, de la désolation et de l'âpreté, mais tout aussi bien une soudaine douceur, quelque chose qui échappe à l'ironie et à la dérision, une manière de transe qui donnait droit au regard et à la mémoire d'autrui.

biche
Biche, sculpture de R. Reynaud (photo Jean Bernard).

Du côté des peintures de Raymond Reynaud, on rencontrait en premier examen des thématiques beaucoup plus accessibles. Par exemple, et ce fut l'une de ses grandes angoisses, la menace d'une catastrophe écologique, ou bien des séries dont les titres étaient aisément identifiables : "Les Quatre Saisons", "La Fanfare", "Les Sphères""Les Fenêtres". A côté de Suzanne et les vieillards, de Marthe Fumard ou bien de La Prieuse, on apercevait des familles de personnages dont les caractères nous sont familiers : des Casanova, des Belzebuth, des Arlequins, des clowns, des musiciens, des militaires, des souverains, des cyclopes, des samouraïs et des clochards, et puis surtout des créatures féminines rarement attirantes, des allégories de la Luxure, de l'Avarice ou bien de la Paresse, des divas, des sirènes, des danseuses, des trapézistes et des cartomanciennes.

En dépit des ces appellations et de ces légendes qui nous sont familières, cette peinture ne cessait jamais de muter, d'imploser et de rebondir. Le corps humain avec ses symétries, ses axes fondamentaux et son organisation interne servait de référent premier pour mettre en circulation des données d'une redoutable mobilité, un chahutage permanent. Quelque chose d'incernable et de surdéterminant, une fringale d'absolu, un inconcevable débordement finissaient toujours par remettre en question les schémas d'une composition relativement simple. Une attente et une souffrance qui ne se livraient jamais totalement, de  l'indiscipline, de la profusion et de l'inassouvissement contrariaient le besoin d'ordre et de rigueur du peintre.

Sur la plupart des toiles de Raymond Reynaud, il y avait de l'or et de la boue, du religieux, de la catastrophe et du profane, de l'entêtement, des ténèbres, des enchantements et des gourmandises, de la stupeur et du désarroi. Voici qu'apparaissaient sans tabous des viscères, des vaisseaux sanguins, des orifices et des intestins, du sexe et de la gloutonnerie, les dépossessions, les élancements et les luxuriances d'une violente sensualité, des cassures, du brouhaha et des cristallisations, un vertige difficile à surmonter. Ses travaux répercutaient immanquablement de l'impudeur, du découragement et de la répulsion. Sa peinture charriait un énorme magma, sa partition se voulait étincelante, des dissonances, des mandalas et des effets de vitrail s'affirmaient. Des cycles s'engendraient, quelque chose de navrant et de douloureux n'empêchait jamais que puissent s'exprimer de la joie et de l'intelligence, un profond amour de la vie ...


4Jean
Jean de Florette, partie centrale d'un triptyque (photo Jean Bernard) : cette oeuvre est présentée à la
Halle Saint-Pierre de Paris du 25 janvier au 23 août 2013.

Raymond Reynaud ne parvenait pas à endiguer l'interminable flux des images qui l'assaillaient. Il rapatriait quelquefois des formes et des couleurs d'un autre âge : la féerie d'une icône, des fêtes populaires, un phylactère, un buisson ardent, une crucifixion, de vieux grimoires, des olifants, une enluminure médievale ou bien une estampe tibétaine. Il acceptait de vivre dans un même instant plusieurs séries de contradictions. Il savait parfaitement que ses capacités de peintre n'avaient pas les dimensions de ses rêves. Raymond souffrait de devoir rester au coeur d'une zone indécise qu'il appelait son "purgatoire". Il refusait d'abandonner la terre, la rigolade et l'empire des sens. Simultanément, cet étrange médium voulait se hâter du côté de l'infini. Il espérait pouvoir rejoindre les étoiles et convoitait ardemment les cheminements de la voie lactée. Ecartelé par le flot des visions qui le submergeaient, ce merveilleux petit bonhomme accepta de devenir pour notre joie et notre étonnement le très admirable et très loyal interprète d'une bien étrange démesure.

Il avait rêvé que sa maison de La Peyronnette puisse lui survivre. Il aurait voulu qu'elle devienne le siège d'une micro-Fondation que les amoureux de l'art singulier seraient venus visiter. Il exposa ses travaux dans de nombreux lieux publics, accepta très rarement le jeu du marché de l'art : un nombre infime de ses travaux trouva acquéreur. La Fabuloserie de Dicy, le musée de Bègles et la collection d'art brut de Lausanne détiennent quelques-unes de ses oeuvres, Michel Thévoz estimait très légtimement que son travail relevait de la Neuve invention.

Raymond Reynaud est mort le 10 juillet 2007, quelques jours avant l'inauguration d'une exposition d'été au Chateau de l'Empéri de Salon-de-Provence, exposition qui fut complétée par la publication d'un catalogue de grand format. De proches amis, Anne Algrain, Annick Bayle, Jean-Pierre Enoc, Louis Ruiz et Michel Semal avaient contribué à la réalisation de cette exposition dont Marie-Christine Blanc était la commissaire.

Arlette Reynaud s'en est allée le 10 avril 2012. La maison de La Peyronnette sera prochainement vendue. Nul ne sait vraiment ce que pourra devenir son oeuvre, ses héritiers ainsi que l'Association des Amis de Raymond Reynaud en assument à présent la difficile responsabilité.

Alain Paire.

On apercevra de Raymond Reynaud son triptyque de Jean de Florette, une gouache huilée et marouflée sur contreplaqué de 1985, format 411 x 207 cm, à la Halle Saint-Pierre de Paris, du 25 janvier au 23 août 2013, dans le cadre d'une exposition imaginée par la revue Hey. Reynaud s'y trouvera en compagnie de 60 créateurs internationaux (entre autres, Louis Pons et Joël-Peter Witkin). Jean de Florette a beaucoup voyagé : pendant l'hiver 2010, son rétable figurait en bonne place au MIAM, le musée international d'arts modestes de Sète.

Pour d'autres renseignements sur l'oeuvre et la vie de Raymond Reynaud, on peut consulter sur ce lien le site imaginé et réalisé du vivant de l'artiste, en 1999-2000, par sa nièce Françoise Barthelemy.

 

Gazette

Radio-Zibeline, une chronique hebdomadaire, "Les vivants et les morts"

Choses lues, choses vues | Vendredi, 11 Avril 2014

News image

Une première émission pour évoquer la fermeture de la galerie de la rue du Puits-Neuf. Notre conversation compléta l'article de Claude Lorin qui parut en support-papier dans Zibeline. Au...

Lire plus

Marseille, 27 juillet 1942 : "Le Songe d'une nuit d'été", la Comtesse Lily Pastré

Choses lues, choses vues | Mercredi, 9 Avril 2014

News image

Photographie de Lily Pastré, fin des années 30. A propos de Lily Pastre, sur ce lien, une chronique de sept minutes, sur la Web-Radio Zibeline. Issue des sphères les...

Lire plus

Sylvain Gérard, le 18 ou le 19 octobre 2013

Choses lues, choses vues | Mardi, 8 Avril 2014

News image

Sylvain Gérard, Le cosmonaute, fusain, 110 x 75 cm. Sylvain Gérard a choisi de quitter défintitivement le monde des vivants le 18 ou bien le 19 octobre 2013. Il...

Lire plus

Liliane Giraudon et Jean-Jacques Viton : "Banana Split", "If" et "Diem perdidi"

Choses lues, choses vues | Lundi, 7 Avril 2014

News image

Liliane Giraudon et Jean-Jacques Viton, photographie de Corinne Mercadier. Voici plus de vingt ans, au terme du lundi 17 décembre 1990, Bernard Plasse qui venait de créer l'association "Diem...

Lire plus

Gilbert Pastor / Editions Unes

Choses lues, choses vues | Samedi, 5 Avril 2014

News image

Chez Unes, un ouvrage Bernard Noël / Gilbert Pastor.  Vendredi 15 mars 2013, Gilbert Pastor fêtait à Lausanne, à la faveur d'une exposition de ses peintures, son quatre-vingt-unième anniversaire....

Lire plus

Lucien Henry, le seigneur de Forcalquier

Choses lues, choses vues | Mercredi, 2 Avril 2014

News image

Portrait de Lucien Henry, photographie de Patrick Box Il fut l'ami proche, le collectionneur et quelquefois le marchand de Louis Pons, de Georges Bru et de Boris Bojnev. Des...

Lire plus

Forcalquier, Centre d'art Boris Bojnev : l'univers singulier de Katia Botkine, texte de Gérard Allibert

Choses lues, choses vues | Mardi, 1 Avril 2014

News image

  Katia Botkine : "Double-face".   J'ai un jour entendu Angelin Preljocaj raconter joliment (et donc inventer un peu) qu'il tenait sa vocation de danseur (et peut-être son prénom...

Lire plus

Frédéric Pajak : "Manifeste incertain"

Choses lues, choses vues | Vendredi, 28 Mars 2014

News image

Le titre du livre suggère d'emblée une réflexion. Dans la tradition littéraire, le genre "manifeste" ne saurait être que péremptoire. Pour lancer un mouvement, un auteur leader assène quelques...

Lire plus

A propos de Thomas Bernhard

Choses lues, choses vues | Mardi, 25 Mars 2014

News image

  Un recueil de quatre textes publiés par Thomas Bernhard dans les années 1980 vient de paraître en français sous le titre Goethe se mheurt  (1). Je songeais à en...

Lire plus

Automne 1939, Walter Benjamin, dans un camp proche de Nevers

Choses lues, choses vues | Mardi, 25 Mars 2014

News image

Ceci n'est pas une illustration ... Frédéric Pajak en mars-avril, rue du Puits Neuf exposition Noir et Blanc / Walter Benjamin. Septembre 1939, la seconde guerre mondiale est déclarée....

Lire plus

André Breton et Claude Lévi-Strauss, Marseille/ New York

Choses lues, choses vues | Samedi, 15 Mars 2014

News image

Portrait d'André Breton, dessin d'André Masson Depuis mars 1941 jusqu'au milieu des années cinquante, beaucoup d'estime et d'amitié, un ardent mélange de connivence et de distance réunirent Claude Lévi-Strauss...

Lire plus

Jean Ballard, une vie pour les Cahiers du Sud

Choses lues, choses vues | Jeudi, 6 Mars 2014

News image

Portrait de Joë Bousquet par Hans Bellmer, publié par les Cahiers du Garae / Hésiode, octobre 1987. A propos de l'histoire des Cahiers du Sud, cf cette video, enregistrée au...

Lire plus

Léon-Gabriel Gros, Saint-Jean Baptiste de la poésie

Choses lues, choses vues | Mardi, 4 Mars 2014

News image

Fin des années trente : à gauche, Léon-Gabriel Gros, en compagnie de Jean Ballard. Léon-Gabriel Gros (1905-1985) venait des pourtours de Marseille : il aimait raconter que la profession...

Lire plus

A la perspective manquante. Lettre à Pierre Michon

Choses lues, choses vues | Mercredi, 19 Février 2014

J'ai eu beau me dire que le roi vient quand il veut*, me répéter qu'aux marches du (Petit) Palais, la littérature a tant d'amoureux qu'elle ne sait lequel prendre,...

Lire plus

Corot et ses amis peintres, au musée des Beaux-Arts de Carcassonne

Choses lues, choses vues | Dimanche, 16 Février 2014

News image

Corot, Le beffroi de Douai, 1871, Paris, musée du Louvre. Au musée de la Chartreuse, à Douai, l'exposition Corot dans la lumière du Nord (1) affronte directement une difficulté majeure en...

Lire plus