thumb_annick_pegouret01.jpg
"Elles voisinent", acrylique sur toile 1995, format 120 x 102 cm.



"Dans ses tableaux, on se rapproche d'un seuil, près des lattes d'un parquet, dans le retrait d'un pièce ensoleillée. Les stores d'une persienne, l'embrasure d'une porte, l'affleurement d'un paysage ou bien encore un pan de mur méditerranéen limitent notre regard. Parmi les fonds de certaines toiles, on perçoit la saveur et les feux d'une saison qui rappelle l'été indien. Les ocres jaunes, les bleus, les rouges briques et les carmins, les nuances, les passages et les vibrations de cette peinture connotent des atmosphères, des espaces et des secrets d'une grande fluidité.

Annick Pegouret donne à ses toiles des titres comme Homme assis, Femme noire, La Rencontre, A cinq heures, La Véranda ou bien encore Deux femmes. Ces êtres incarnent des âges, des climats, des privilèges et des passages de la vie sans attente immédiatement formulable. Ils ont longuement pressenti la position, l'acuité, la mémoire et l'interiorité qui renforcent leur calme et leur repos. Cependant leurs appartenances individuelles, l'Orient qui cuivre leurs peaux, les métissages de leurs origines, des doutes et les passions qu'ils inventent, les lieux qu'ils habitent et les couples qu'ils peuvent former demeurent mystérieux et difficilement identifiables.

Ses personnages ne recherchent pas notre regard mais ne se soustraient pourtant pas à nos approches. Sans se départir de ce qui motive les méditations de leur rêveuse énergie, ils pourraient prêter attention, vigilance et complicité à nos propres interrogations. Ils n'ignorent pas ce qui les entoure mais n'abandonnent pas pour autant les traits de leurs plus intimes désirs.

Un sentiment d'accord pleinier avec l'espace proche restitue leur présence. La lumière qui les baigne, la sobriété de leur vêture, la très singulière souplesse de leurs drapés et de leurs positionnenements évoquent sans retombée ni dramatisation une plage de la vie qui rejoint notre plus exacte contemporanéité. Tous ensemble, ces tableaux personnifient la liberté d'un mode d'existence qui échappe à l'exotisme facile ainsi qu'aux étroitesses du symbolisme : sans violence ni effraction, ils forment des images intenses et mémorieuses."

Alain Paire

annick_pegouret02.jpg
"A cinq heures" , acrylique sur toile d'Annick Pegouret 1993, format 130 x 97 cm.


Biographie. Annick Pegouret est née à Sète en 1951. Elle a vécu à Mostaganem et Oran jusqu'en 1961. Etudes de Lettres Modernes et d'Histoire de l'Art. Depuis 1980, elle effectue des recherches personnelles en Arts Plastiques et s'y consacre pleinement depuis 1986. Elle a exposé ses travaux personnels en atelier ainsi que dans des appartements privés d'Aix-en-Provence et de Marseille.

En 1993, elle réalisait l'illustration de couverture de Mendiants et Orgueilleux , roman d'Albert Cossery publié chez Jöelle Losfeld .

Expositions individuelles et collectives.

1985, Art en appart, exposition collective, Marseille.

1994, novembre-décembre, exposition à la Librairie-Galerie A.Paire, 10 rue des Marseillais, Aix-en-Provence.

1996, février, exposition à la Galerie Susini, Aix-en-Provence, en compagnie de Marie Ducaté et Georges Guye.

1997, mai, exposition à la Librairie-Galerie A. Paire, 10 rue des Marseillais, Aix.

2000, novembre, exposition "Figurations libres", 16 rue Nostre Seigne, Aix.

2002, décembre-janvier, exposition à la Librairie-Galerie A. Paire, 10 rue des Marseillais, Aix.

2005, novembre-décembre, exposition à la Librairie-Galerie A. Paire, 10 rue des Marseillais, Aix.

2007, septembre, exposition collective "Portraits d'artistes / Jean Pecoul", Galerie Alain Paire, 30 rue du Puits Neuf, Aix.

2008, avril, exposition collective organisée par le groupe Perspectives, "Hors du temps", Chateau de Bouc Bel Air.

2009, 15 mai / 6 juin, exposition personnelle à la Brasserie de la Mairie, Place de l'Hôtel de Ville, Aix en Provence. Article de Christiane Courbon publié dans La Provence.

2009, avril, juin et juillet, trois expositions collectives organisées par le groupe Perspectives, "L'Eaujourd'hui", Château de Bouc Bel Air, Aix en Provence et Peyrolles. Parution d'un catalogue à la faveur de cette exposition.

2009, du 15 au 31  décembre, exposition "Hier et Aujourd'hui" avec Marie Ducaté, Georges Guye et Mela, Galerie Alain Paire, Aix-en-Provence.

2010, du 14 janvier au 6 février, exposition personnelle en compagnie de Florence Laude, Galerie Alain Paire, Aix-en-Provence.

2010, du 2 au 5 avril, participe dans le stand de la galerie A. Paire à la Foire Internationale d'art contemporain de l'Isle sur la Sorgue.

2011, du 8 au 10 juillet, exposition personnelle au 10 rue du Cancel, Aix-en-Provence. 

2012, février, exposition de groupe avec l'Association Perspectives, au château de Bouc Bel Air, "L'Epreuve du feu". 

2012, du 8 au 13 mai, exposition personnelle chez Emmanuelle Cescosse, 10 rue du Cancel, Aix-en-Provence.

2012, juin, exposition collective à la Galerie Alain Paire, "Ex-votos d'aujourd'hui".

2013, du 22 au 26 janvier, exposition Florence Laude / Annick Pegouret, galerie Alain Paire.

2013, du 12 au 15 septembre, exposition chez Emmanuelle Cescosse, 10 rue du Cancel, Aix-en-Provence.

-------------------

"ANNICK PEGOURET, FIGURATIVE FLAMBOYANTE", par Christiane Courbon, extraits d'un article paru dans La Provence, novembre 2005.

Un travail sur modèle vivant, avec des personnages essentiellement féminins, mis en présence, campés dans leur interiorité, parfois dans un début d'écoute et de dialogue. Ils apparaissent, installés dans des postures qui évoquent celles du yoga, comme des individualités liés par un même courant de méditation, une circulation de la pensée, une musique intérieure. Rapport des êtres entre eux, relation entre le corps et l'espace.

Annick Pegouret nous montre des visages d'une grande sérénité, images d'apaisement, de sagesse. Elle témoigne d'une recherche de couleur très forte, comme saturée. Sur fonds noir d'ivoire, grand tapis ocre-rouille, ses personnages se détachent, pieds nus, regard perdu dans un lointain à eux seuls accessible, comme mis en avant. Les titres, sobres et poétiques, entrent en résonance avec le calme qui se dégage de l'oeuvre : "L'écoute", "En intérieur", "Le seuil", "Elles sont assises".

annick.jpg
"Portrait d'Annick Pegouret", photographie de Jean Pecoul, 2007.

ACRYLIQUES SUR PAPIER

Son dessin synthétise, cerne et circonscrit. Eveille des présences et des intensités, modèle un vocabulaire propice aux grands aplats, aux condensations de la couleur. Un travail continu sur le modèle vivant, la figure humaine et ses espaces nourrissent ses compositions qui intègrent sur leurs scènes des motifs longuement médités : les torsades d'une plante verte, des sols, un matelas sur quoi s'allonger pensivement, le manteau d'une cheminée, les plis d'un rideau ou bien des coussins.

On découvre des attentes, des gestes et des corps en repos, les images premières de très jeunes personnes. Au centre ou bien à l'écart. Lointaines, solitaires, proches ou bien détachées. Des adolescentes et des femmes. Transposées sans convention, sans algèbres ni hiéroglyphes. Coprésentes, évidentes, simplifiées, secrètes. Elles habitent une plage du temps qui signe leurs plus profondes appartenances. S'adossent, s'affranchissent ou bien méditent parmi les configurations qui les entourent. La mélancolie les traverse parfois. Elles ne se soucient pas de qui les interrogerait, ne quittent pas les liens de leur silence.

Au coeur de cette lente élaboration, dans le champ de ces couleurs à la fois généreuses et resserrées, on n'oubliera pas l'élégance, l'ardeur, la sensualité des noirs d'ivoire qui reconduisent pleinièrement un moment de mutation, d'écoute et de paix. On reviendra sur des visions d'une très forte clarté : des braises qui transparaissent, qui induisent de nouvelles dimensions, une atmosphère globale qui consonne avec l'intériorité des personnages, la gamme variée des ocres ou bien des rouges de Mars, la palette des jaunes, des verts ou des violines qui orchestrent les rythmes et l'affinement d'une note très pure. Une manière d'utopie, un site pour les sens et pour la pensée.

Alain Paire.

annick_pegouret03.jpg
Acrylique sur papier, 2002.

Mon Compte

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?