Choses lues, choses vues
juillet 11, 2017

Présence d'Yves Bonnefoy, texte paru en juillet 2016 dans un dossier de POEZIBAO

  La première image qui me vient à l’esprit, c’est celle d’Yves Bonnefoy m’ouvrant la porte de son appartement rue Lepic : depuis quelques années il ne me tendait plus la main, mais ouvrait les bras, et il y avait toujours sur son visage, dans ses yeux, une expression de joie mêlée à un fin sourire, presque d’amusement, je ne…
juillet 03, 2017

Claude Garache et Alexandre Hollan, à Aix-en-Provence : une sympathie artistique.

Claude Garache et Alexandre Hollan, Aix-en-Provence, juin 2017 À Aix-en-Provence, la Fondation Jean Planque présente en ce moment, et jusqu’au 18 février 2018, une double exposition, Claude Garache – Alexandre Hollan, composée d’œuvres qu’elle a récemment reçues en donation des artistes ou acquises, et qui font d’elle une institution vivante, soucieuse d’enrichir sa collection d’origine, dans le respect du goût de Jean Planque, évidemment,…
juin 21, 2017

Walker Evans sans ambages

  Houses and billboards in Atlanta, 1936 Dans de très nombreuses photographies de Walker Evans on voit, accumulées, parfois placées bord à bord, des inscriptions de toutes sortes : panneaux de signalisation, affiches publicitaires, grandes et petites, sur papier ou métal, enseignes de magasins... Et l’on sait que le photographe lui-même collectionnait ce type d’inscriptions omniprésentes dans les lieux habités (et…
Paul Cézanne
avril 15, 2015

Achille Emperaire, 1829-1898

in Paul Cézanne

by Paire alain

Un fusain d'Emperaire qu'on pourrait rapprocher de Maillol, format 23 x 29 cm, collection particulière (photo Xavier de Jauréguiberry). Achille Emperaire, vie minuscule. De dix années plus âgé que Cézanne, Jean Joseph Achille Emperaire était né à Aix-en-Provence, le 16 septembre 1829. Ses parents habitaient le n°49 de la rue d'Italie ; ce fut le lieu de sa naissance. Sa mère avait pour nom de jeune fille Françoise Emilie Elisabeth Aubert. Françoise Aubert naquit à Marseille le 28 avril 1796, elle mourra à l'âge de 44 ans. Elle appartenait à une famille de négociants marseillais ; on peut supposer qu'elle était…
février 26, 2015

Août 1961 : huit toiles de Cézanne volées au Pavillon de Vendôme d'Aix-en-Provence !

in Paul Cézanne

by Paire alain

Cézanne, Pyramide de crânes, huile sur toile, 39 x 46 cm (collection Feichenfeldt, Zurich). Peu de gens en ont conscience ou bien souvenir, presque personne n'en parle ... Les Aixois et les amateurs d'art ont préféré refouler des événements qui ne sont pas glorieux : l'été de 1961 fut pour l'oeuvre de Cézanne et pour le destin des musées d'Aix-en-Provence une saison dévastatrice ! En ce temps-là, Henry Mouret était maire d'Aix-en-Provence depuis 1945. Son conseiller municipal chargé de la culture, l'avocat Jacques Raffaelli voulait faire du Pavillon de Vendôme un pôle d'attraction majeur pour les touristes et le public…
février 08, 2015

Au Metropolitan Museum de New York, Hortense Fiquet, le modèle préféré de Cézanne

in Paul Cézanne

by Paire alain

  Madame Cézanne aux hortensias, 1885, crayon et aquarelle, 30,5 x 46 cm, collection privée. Paul Cézanne rencontra Hortense Fiquet à Paris, au début de l'année 1869. La jeune femme travaillait en tant que brocheuse dans un atelier de reliure. Elle était née dix-neuf ans plus tôt à Saligney, un village proche de Besançon. D'origine modeste, ses parents s'étaient établis à Paris en 1854 ; sa mère était décédée depuis 1867. Après la déclaration de guerre de juillet 1870, Hortense rejoignit Cézanne en septembre dans la maisonnette qu'il avait louée à l'Estaque, pour se cacher et ne pas devoir s'engager…
Jean Planque
janvier 25, 2010

La Fondation Jean Planque rejoint le musée Granet

in Jean Planque

by Paire alain

A deux reprises, en l'espace de dix ans, le musée Granet aura bénéficié de deux donations exceptionnelles qui l'ont hissé parmi les musées de province les mieux dotés pour ce qui concerne les années cinquante et soixante du vingtième siècle. En l'an 2000, un premier bienfaiteur qui préféra longtemps conserver l'anonymat, un enseignant et chercheur scientifique de haut niveau, par…
avril 07, 2013

Entretien avec Florian Rodari : Jean Planque et "Surgis de l'ombre"

in Jean Planque

by Paire alain

Alain Paire : Grâce au soutien de la Communauté du Pays d'Aix, en accord avec la Ville d'Aix-en-Provence et Bruno Ely, le directeur du musée Granet, mardi 21 mai 2013, tu auras la joie d'inaugurer dans la chapelle des Pénitents Blancs, les espaces permanents qui permettront de déployer l'essentiel de la collection Jean Planque. Un travail colossal s'accomplit, un calendrier…
mai 06, 2013

Florian Rodari : la Revue de Belles-Lettres, les éditions de La Dogana et la Fondation Jean Planque

in Jean Planque

by Paire alain

"Sur la pointe du Grand Canal de Venise, La Dogana". On trouvera sur ce lien, une actualisation de cet article. Entretien avec Florian Rodari, 15 novembre 2014 Son père, André Rodari était journaliste à la Tribune de Genève, il s'occupa longtemps de rubriques sportives et de chroniques judiciaires. Né en 1949, Florian partage son temps entre la Suisse et Paris. Son frère…
1994-2013, les expositions de la galerie
juin 21, 2015

Philippe Jaccottet / Alberto Giacometti

Montagne à Maloja, lithographie de Giacometti, 1957 Giorgio Morandi ou bien Anne-Marie Jaccottet, dans une moindre mesure Gérard de Palézieux, sont sans doute les artistes sur lesquels Philippe Jaccottet a…
juin 15, 2015

Dessins de Kamel Khélif

Exposition " Dessins de Kamel Khélif". Jusqu'au samedi 25 avril, ouvert du mardi au samedi de 14 h 30 à 18 h 30. Exposition programmée dans le cadre de la…
juin 14, 2015

Michel Houssin, foules en fugue, visages et paysages

Arles, dans l'atelier de Michel Houssin, dessin de la série "Passants", format 50 x 150 cm (photographies de Chris Chappey). Pour appréhender l'oeuvre graphique de Michel Houssin, on découvrira la…
mai 17, 2015

Jean-Claude Hesselbarth, 1925-2015, un peintre proche ami de Jaccottet

Jean-Claude Hesselbarth a quitté son épouse Liliane et ses amis le mercredi 13 mai 2015, il était âgé de 90 ans. Avec l'aide de Nicolas Raboud qui s'était chargé du…

Annick Pegouret donne à ses toiles des titres comme Homme assis, Femme noire, La Rencontre, A cinq heures, La Véranda ou bien encore Deux femmes. Ces êtres incarnent des âges, des climats, des privilèges et des passages de la vie sans attente immédiatement formulable. Ils ont longuement pressenti la position, l'acuité, la mémoire et l'interiorité qui renforcent leur calme et leur repos. Cependant leurs appartenances individuelles, l'Orient qui cuivre leurs peaux, les métissages de leurs origines, des doutes et les passions qu'ils inventent, les lieux qu'ils habitent et les couples qu'ils peuvent former demeurent mystérieux et difficilement identifiables.

Ses personnages ne recherchent pas notre regard mais ne se soustraient pourtant pas à nos approches. Sans se départir de ce qui motive les méditations de leur rêveuse énergie, ils pourraient prêter attention, vigilance et complicité à nos propres interrogations. Ils n'ignorent pas ce qui les entoure mais n'abandonnent pas pour autant les traits de leurs plus intimes désirs.

Un sentiment d'accord pleinier avec l'espace proche restitue leur présence. La lumière qui les baigne, la sobriété de leur vêture, la très singulière souplesse de leurs drapés et de leurs positionnenements évoquent sans retombée ni dramatisation une plage de la vie qui rejoint notre plus exacte contemporanéité. Tous ensemble, ces tableaux personnifient la liberté d'un mode d'existence qui échappe à l'exotisme facile ainsi qu'aux étroitesses du symbolisme : sans violence ni effraction, ils forment des images intenses et mémorieuses."

Alain Paire

annick_pegouret02.jpg
"A cinq heures" , acrylique sur toile d'Annick Pegouret 1993, format 130 x 97 cm.


Biographie. Annick Pegouret est née à Sète en 1951. Elle a vécu à Mostaganem et Oran jusqu'en 1961. Etudes de Lettres Modernes et d'Histoire de l'Art. Depuis 1980, elle effectue des recherches personnelles en Arts Plastiques et s'y consacre pleinement depuis 1986. Elle a exposé ses travaux personnels en atelier ainsi que dans des appartements privés d'Aix-en-Provence et de Marseille.

En 1993, elle réalisait l'illustration de couverture de Mendiants et Orgueilleux , roman d'Albert Cossery publié chez Jöelle Losfeld .

Expositions individuelles et collectives.

1985, Art en appart, exposition collective, Marseille.

1994, novembre-décembre, exposition à la Librairie-Galerie A.Paire, 10 rue des Marseillais, Aix-en-Provence.

1996, février, exposition à la Galerie Susini, Aix-en-Provence, en compagnie de Marie Ducaté et Georges Guye.

1997, mai, exposition à la Librairie-Galerie A. Paire, 10 rue des Marseillais, Aix.

2000, novembre, exposition "Figurations libres", 16 rue Nostre Seigne, Aix.

2002, décembre-janvier, exposition à la Librairie-Galerie A. Paire, 10 rue des Marseillais, Aix.

2005, novembre-décembre, exposition à la Librairie-Galerie A. Paire, 10 rue des Marseillais, Aix.

2007, septembre, exposition collective "Portraits d'artistes / Jean Pecoul", Galerie Alain Paire, 30 rue du Puits Neuf, Aix.

2008, avril, exposition collective organisée par le groupe Perspectives, "Hors du temps", Chateau de Bouc Bel Air.

2009, 15 mai / 6 juin, exposition personnelle à la Brasserie de la Mairie, Place de l'Hôtel de Ville, Aix en Provence. Article de Christiane Courbon publié dans La Provence.

2009, avril, juin et juillet, trois expositions collectives organisées par le groupe Perspectives, "L'Eaujourd'hui", Château de Bouc Bel Air, Aix en Provence et Peyrolles. Parution d'un catalogue à la faveur de cette exposition.

2009, du 15 au 31  décembre, exposition "Hier et Aujourd'hui" avec Marie Ducaté, Georges Guye et Mela, Galerie Alain Paire, Aix-en-Provence.

2010, du 14 janvier au 6 février, exposition personnelle en compagnie de Florence Laude, Galerie Alain Paire, Aix-en-Provence.

2010, du 2 au 5 avril, participe dans le stand de la galerie A. Paire à la Foire Internationale d'art contemporain de l'Isle sur la Sorgue.

2011, du 8 au 10 juillet, exposition personnelle au 10 rue du Cancel, Aix-en-Provence. 

2012, février, exposition de groupe avec l'Association Perspectives, au château de Bouc Bel Air, "L'Epreuve du feu". 

2012, du 8 au 13 mai, exposition personnelle chez Emmanuelle Cescosse, 10 rue du Cancel, Aix-en-Provence.

2012, juin, exposition collective à la Galerie Alain Paire, "Ex-votos d'aujourd'hui".

2013, du 22 au 26 janvier, exposition Florence Laude / Annick Pegouret, galerie Alain Paire.

2013, du 12 au 15 septembre, exposition chez Emmanuelle Cescosse, 10 rue du Cancel, Aix-en-Provence.

-------------------

"ANNICK PEGOURET, FIGURATIVE FLAMBOYANTE", par Christiane Courbon, extraits d'un article paru dans La Provence, novembre 2005.

Un travail sur modèle vivant, avec des personnages essentiellement féminins, mis en présence, campés dans leur interiorité, parfois dans un début d'écoute et de dialogue. Ils apparaissent, installés dans des postures qui évoquent celles du yoga, comme des individualités liés par un même courant de méditation, une circulation de la pensée, une musique intérieure. Rapport des êtres entre eux, relation entre le corps et l'espace.

Annick Pegouret nous montre des visages d'une grande sérénité, images d'apaisement, de sagesse. Elle témoigne d'une recherche de couleur très forte, comme saturée. Sur fonds noir d'ivoire, grand tapis ocre-rouille, ses personnages se détachent, pieds nus, regard perdu dans un lointain à eux seuls accessible, comme mis en avant. Les titres, sobres et poétiques, entrent en résonance avec le calme qui se dégage de l'oeuvre : "L'écoute", "En intérieur", "Le seuil", "Elles sont assises".

annick.jpg
"Portrait d'Annick Pegouret", photographie de Jean Pecoul, 2007.

ACRYLIQUES SUR PAPIER

Son dessin synthétise, cerne et circonscrit. Eveille des présences et des intensités, modèle un vocabulaire propice aux grands aplats, aux condensations de la couleur. Un travail continu sur le modèle vivant, la figure humaine et ses espaces nourrissent ses compositions qui intègrent sur leurs scènes des motifs longuement médités : les torsades d'une plante verte, des sols, un matelas sur quoi s'allonger pensivement, le manteau d'une cheminée, les plis d'un rideau ou bien des coussins.

On découvre des attentes, des gestes et des corps en repos, les images premières de très jeunes personnes. Au centre ou bien à l'écart. Lointaines, solitaires, proches ou bien détachées. Des adolescentes et des femmes. Transposées sans convention, sans algèbres ni hiéroglyphes. Coprésentes, évidentes, simplifiées, secrètes. Elles habitent une plage du temps qui signe leurs plus profondes appartenances. S'adossent, s'affranchissent ou bien méditent parmi les configurations qui les entourent. La mélancolie les traverse parfois. Elles ne se soucient pas de qui les interrogerait, ne quittent pas les liens de leur silence.

Au coeur de cette lente élaboration, dans le champ de ces couleurs à la fois généreuses et resserrées, on n'oubliera pas l'élégance, l'ardeur, la sensualité des noirs d'ivoire qui reconduisent pleinièrement un moment de mutation, d'écoute et de paix. On reviendra sur des visions d'une très forte clarté : des braises qui transparaissent, qui induisent de nouvelles dimensions, une atmosphère globale qui consonne avec l'intériorité des personnages, la gamme variée des ocres ou bien des rouges de Mars, la palette des jaunes, des verts ou des violines qui orchestrent les rythmes et l'affinement d'une note très pure. Une manière d'utopie, un site pour les sens et pour la pensée.

Alain Paire.

annick_pegouret03.jpg
Acrylique sur papier, 2002.

Mon Compte

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?