Guiseppe_Ungaretti.jpg
Guiseppe Ungaretti, photographie reproduite dans La Gazette de Lausanne, 7-8 février 1970.

"Jaccottet traducteur d'Ungaretti. 1946-1970", éd. Gallimard, collection Les Cahiers de la Nrf. Edition établie, annotée et présentée par José-Flore Tappy.

Ungaretti et Jaccottet se rencontrèrent en septembre 1946, pendant "une fin d'été romaine". Lorsqu'il eut la chance de lier connaissance avec le poète qui fut avec Gustave Roud et Françis Ponge l'un des trois écrivains qui l'aura le plus profondément influencé, il s'agissait pour l'habitant de Grignan de son tout premier voyage dans le Sud de l'Europe. Jaccottet découvrait l'Italie dont il se souviendra lorsqu'il composera son Libretto, publié en 1990 par les éditions de La Dogana .

Guiseppe Ungaretti parlait et écrivait parfaitement le français. Il pressentit immédiatement les qualités du jeune homme de 21 ans qui deviendra son plus fidèle traducteur. Rome et Paris furent les deux villes où ces personnes se rencontrèrent aussi souvent que possible. "Hasard ou bien destin ?", comme l'indique la préface de cette correspondance, en mars 1951, quelques saisons avant de s'établir dans la Drôme, Jaccottet se logea près de Montparnasse, au 9 de la rue Campagne Première, dans une chambre-atelier proche de l'étage où vécurent, pendant quelques mois de 1921, Ungaretti et son épouse Jeanne Dupoix.

En janvier 1997, dans un entretien confié au Journal de Genève, Jaccottet rappellera que "C'est en le lisant que j'ai appris l'italien. A la fois dans "L'Allegria" et dans la rue, ce qui n'était pas la pire des méthodes". Il appréhendait avec émotion la beauté déchirante de Rome, "pareille à un incendie endormi", la seule ville "qui ait pu lui arracher des larmes". Rome restera, pour Philippe et pour son épouse Anne-Marie Jaccottet, intimement liée au souvenir d'Ungaretti, "homme de peine" passionnément attaché à la perception de la lumière. Au coeur de cette "ville entre toutes aimée", Philippe Jaccottet ressentait profondément "l'exaltation du feu d'été (qui semble à Rome oùUngaretti s'était alors établi, brûler dans la même pierre jusqu'en plein hiver)".

Souvent brèves et la plupart du temps focalisées par des chantiers de traduction ou des prises de rendez-vous, leurs correspondances réparties sur un peu plus qu'un quart de siècle ne sont pas immédiatement renseignantes. Leur publication se révèle infiniment précieuse. Elle aura requis l'intense travail de José-Flore Tappy dont l'appareil critique met en perspective les enjeux et l'evolution d'un dialogue de première importance. Auteure de recueils de poèmes publiés par La Dogana et les éditions Empreintes ainsi qu'avec Marion Graf d'une Anthologie de la poésie suisse romande depuis Blaise Cendrars (éd. Seghers, 2005) José Flore-Tappy avait établi en 2002 l'édition de la Correspondance de Jaccottet avec Gustave Roud. En tant que collaboratrice du Centre de recherches sur les lettres romandes de l'Université de Lausanne, elle est également la responsable d'un livret d'exposition de la Bibliothèque de Lausanne consacré en janvier 2005 à Jaccottet poète. Jean-Baptiste Para lui avait confié pour l'automne de 2002 la conception d'un cahier d'Europe à propos de Gustave Roud ; en novembre 2008 et toujours pour Europe, en complément au numéro Jaccottet coordonné par Nathalie Ferrand, José-Flore Tappy a composé en collaboration avec Jean-Baptiste Para un dossier Ungaretti où l'on trouve des contributions d'Andréa Zanzotto, Sergio Solmi et Fabio Pusterla.

Un recueil "meilleur en français qu'en italien".

Dans des notes de lecture et des traductions de poèmes publiés dés 1948 aux cahiers Pour l'art ou bien à la revue 84, Jaccottet entreprend de frayer en francophonie la voie d'Ungaretti. Avec Jean Paulhan qui dispose d'importants moyens pour accroître l'audience du poète, il s'étonne et parfois se scandalise d'une réception critique et d'un succès public rarement conséquents. Comme l'indique José-Flore Tappy, il a scellé une manière de pacte avec Ungaretti : "Il ne cessera depuis lors de le lire, de le faire entendre, de le commenter, porté par une impérieuse nécessité : servir sans compter une oeuvre à ses yeux exemplaire, et contribuer à sa découverte". Ungaretti le revoit à Genève et Lucerne en septembre 1948. Il ne lui ménage pas son affection : "Je pense beaucoup à vous, sans cesse, avec une très très grande tendresse. Cette journée de Lucerne restera parmi les très rares qui ont été belles pour moi". Il réitère en février 1949 les marques de sa totale confiance : "je crois qu'on pourrait difficilement traduire mieux". Cette appréciation ne se modifiera pas : en témoigne une lettre de juillet 1951 adressée à Paulhan (1), un fragment de courrier dans lequel Ungaretti signale que "Jaccottet arrive à donner admirablement certaines choses d'extrême transparence".

Le printemps de 1963 inaugure une nouvelle phase de leurs relations. Jaccottet qui n'a pas cessé pendant les années précédentes de traduire et de commenter des fragments de l'oeuvre d'Ungaretti, se mobilise afin d'honorer la commande des éditions du Seuil et de Philippe Sollers qui lui demandent pour la collection Tel Quel la version française d'Il deserto et dopo. En cette occcasion, Jaccottet réfléchit à la composition globale de ce journal de voyage, propose de faire l'économie de certains passages, à ses yeux plus faibles que d'autres. Quelques jours après la parution d'A partir du désert, dans une lettre de mars 1965, Ungaretti qui avait accepté la quasi totalité des coupures effectuées par Jaccottet lui exprime sa gratitude : "Votre travail, un travail admirable, inégalable ... Ce livre a quelque valeur, parce que vous y avez mis votre langue splendide et votre lumière de poète". Un mois, plus tard, lors d'un entretien confié à Pierre Descargues, il affirme : "Ce qu'a fait Philippe Jaccottet de ce livre, c'est une merveille. Je crois qu'il est meilleur en français qu'en italien".

Une totale complicité soude le poète et son traducteur. Bien qu'étant requis par des chantiers de traduction particulièrement absorbants - le volume de la Pléiade d'Hölderlin, ou bien L'homme sans qualité de Robert Musil - Jaccottet fait continûment preuve d'une entière disponibilité, ne proteste jamais quand Ungaretti modifie la donne et remanie brusquement le texte pour lequel il avait d'ores et déja accompli un important travail. José-Flore Tappy qu'il faut continuer de citer commente la confrontation remarquablement féconde de "deux créateurs aux prises avec la langue qui partagent une même quête de la justesse,une même conception éthique de la littérature, un même engagement dans l'écriture ; où le chemin, incertain et en constante évolution, importe autant que le résultat".

Deux autres grands livres d'Ungaretti auront pour maître d'oeuvre Jaccottet : Innocence et Mémoire (1968) et Vie d'un homme (1973) qui réunit à côté des traductions de Jaccottet des contributions de Jean Lescure, Pierre Jean Jouve, Françis Ponge, Mandiargues et Armand Robin. Pour les essais rassemblés dans Innocence et Mémoire, "le traducteur, écrit José-Flore Tappy, va construire un livre inédit, au parcours éclairant" : Jaccottet imagine un plan d'ensemble, recherche des textes antérieurs, leur donne quelquefois un nouveau titre, apporte de nouvelles nuances à ses propres traductions. Tout en maîtrisant admirablement son sujet, il affine ses propres compétences chaque fois qu'il emprunte les voies tracées par son aîné auquel il doit une connaissance approfondie de Dante, de Pétrarque, de Léopardi ainsi que de Gongora (2) pour les sonnets duquel il entreprend ses premières transactions.

Une ultime traduction s'effectuera dans le courant de l'année 1969, quelques mois avant le décés d'Ungaretti survenu le 2 juin 1970. Elle concerne les deux versions en italien d'un poème intitulé Dunja, pour lequel quatre versions en français s'échangeront entre Grignan et Rome. Ce dossier est particulièrement riche, José Flore Tappy signale à quel point ses transferts "s'inventent et s'exécutent sous nos yeux, d'intuitions en approximations". L'entente et la parité entre les deux écrivains sont rigoureusement parfaites. Ungaretti écrit à Jaccottet le 3 septembre 1969 : "Si vous pensez qu'il faille reprendre tout à zéro, c'est à votre goût, qui est exigeant, que vous aurez à demander conseil, et décision".

Le 10 juin 1970, dans un bref article publié lors de l'hommage posthume de l'hebdomadaire Les Lettres Françaises, Jaccottet n'évoquait pas directement son deuil et son immense affection mais redisait combien Ungaretti (3) "avait la science du langage poétique dont quelques-uns, rares, disposent aujourd'hui ; mais, avec cela, plus d'amour vrai, plus de bonté, plus d'enfance que personne".

Alain PAIRE

(1) La Correspondance Guiseppe Ungaretti-Jean Paulhan, 1921-1968, l'un des plus beaux échanges de lettres qui puisse se lire, reste disponible chez Gallimard (1989).

(2) Cf l'article de J-F Tappy à propos de "Lire Gongora en français (étude comparative de trois traductions différentes des Sonnets)" in Jean-Pierre Vidal , Philippe Jaccottet (éd. Payot, 1989). Les Solitudes de Gongora, dans la traduction de Jaccottet sont éditées par La Dogana.

(3) Cette édition comporte plusieurs textes critiques de Jaccottet qui ne figurent pas dans Une transaction secrète (Gallimard, 1987). Vie d'un homme est disponible en collection de poche Folio/ Poésie. Six poèmes d'Ungaretti figurent dans l'anthologie de Philippe Jaccottet D'autres astres, plus loin, épars / Poètes européens du XX° siècle (La Dogana, 2005).

Mon Compte

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?