Choses lues, choses vues
Vauvenargues moraliste, la vie brève, 1715-1747 PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Mercredi, 22 Juillet 2015 00:59
Portrait_de_Vauvenargues
Portrait fictif de Vauvenargues,
gravure du XIX°

Ce texte à propos du moraliste Vauvenargues est extrait d'un livre disponible dans les librairies, éditions Images en Manoeuvres (Pollen/ Diffusion) "PABLO PICASSO A VAUVENARGUES / LE GRAND ATELIER DE LA SAINTE VICTOIRE". Avec des photographies de Marcel Coen, Douglas David Duncan, Hélène Parmelin et Bernard Plossu. Format 16 x 10 cm, 106 pages, reproductions en quadrichromies, prix 14 euros.

Le 5 août 2015, ce sera le tricentenaire de la naissance de Vauvenargues.

Luc de Clapiers naquit à Aix-en Provence le 5 août 1715. Près de la place de l’Hôtel de Ville et de la Halle aux Grains, au 26 d’une rue d’Aix qui porte à présent le nom de Vauvenargues, une plaque de marbre fixée sur l’étage d’un immeuble anonyme mentionne le lieu de sa naissance. Cet officier des armées royales, ce méridional qui n’aimait pas profondément le Midi vécut les dernières années de sa vie à Paris. Il devint un proche ami de Voltaire qui l’aida pour reprendre l’écriture de ses Maximes. La maladie l’emporta brutalement, il n’avait pas encore trente-deux ans. Il décéda vers quatre heures trente du matin, le dimanche 28 mai 1747.

Lire la suite...
 
L'exposition Les Cahiers dessinés à la Halle Saint Pierre à Paris PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Vendredi, 17 Juillet 2015 12:25
OEILbd

Frédéric Pajak, sans titre, encre de Chine sur papier, 29, 7 x 21 cm. 2014.

Au pied des grands escaliers qui conduisent au Sacré-Cœur, la Halle Saint-Pierre, qui fut longtemps un marché, présente depuis vingt ans de remarquables expositions qui s’intéressent en particulier à toutes les formes de ce que l’on peut appeler l’art singulier (art naïf, art brut, «outsider art», etc.), mais pas seulement: ainsi, entre septembre 2007 et mars 2008, c’est là que l’on put voir une exposition sur ce héros méconnu que fut Varian Fry. Aujourd’hui, depuis le 21 janvier et jusqu’au 14 août prochain, la Halle rend hommage à la collectionLes Cahiers dessinés publiée depuis 2002 sous la direction de Frédéric Pajak (qui est le commissaire de l’exposition).


Il faut rappeler qu’en novembre 2012, une très brève exposition François Aubrun, présentée par la galerie Topographie de l’art, dans le Marais, avait célébré le dixième anniversaire de cette collection.Cette fois, étant donné que l’exposition présente des œuvres de 67 artistes et que, d’une part, elle ne cherche aucunement à les relier par autre chose que le fait qu’ils ont tous beaucoup dessiné et, pour nombre d’entre eux, seulement dessiné, et que, d’autre part, elle ne procède qu’à quelques rapprochements qui s’imposent (Alechinsky près de Christian Dotremont, par exemple), on s’attend à une grande diversité. Et cette diversité est telle en effet qu’elle peut paraître déconcertante. Mais, en observant dès l’entrée que, dans un même espace, se côtoient des dessins de Victor Hugo (d’ailleurs trop peu nombreux) et de Chaval, de Vallotton et de Topor, de Bruno Schulz et de Saul Steinberg, etc., non loin de dessins abstraits (comme ceux de François Aubrun, de Lin Wei-Hsuan ou de Francine Simonin), on se dit que cette impression a été voulue, volontairement recherchée, ne serait-ce que pour rendre fidèlement compte de la diversité des livres de la collection. Une impression donc de variété infinie, et avec elle la certitude que le dessin – peut-être davantage que la peinture, mais à l’instar de l’écriture – peut tout, tout dire. Encore faut-il ajouter que le mot «dessin» est pris ici dans un sens extensif puisque la peinture acrylique n’est pas absente de certaines œuvres présentées (de Kiki Smith,d’Alechinsky et de Jean Scheurer notamment).

Lire la suite...
 
Gilberto Bosques, consul du Mexique à Marseille : "Ici-Même", près du Boulevard Longchamp PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Samedi, 11 Juillet 2015 21:22
gilberto Bosques
1940,le consul Gilbert Bosques remonte la Canebière (archives Laure Bosques).
A propos de Gilberto Bosques, sur ce lien, on peut écouter en podcast. une chronique radio de sept minutes réalisée à Marseille par Web-Radio Zibeline. 
Bosques

... Ce fut une opération baptiséeIci-Même 2013 par l'historien Robert Mencherini, le Goethe Institut, Ulrich Fuchs et l'équipe de Marseille/ Provence 2013. Elle permettait de marquer, à même le sol du centre ville, cinquante-et-un lieux et événements significatifs des années de la seconde guerre mondiale. Sur les trottoirs phocéens, avec des tracés qui ressemblent aux écritures à la craie des écoliers, on découvrait en quelques lignes l'évocation de plusieurs faits que la mémoire collective risquait d'effacer. Par exemple, dans l'énigme d'un lieu, boulevard de Paris,Ici-même,dans la proximité de la gare d'Arenc, on s'interroge, des documents photographiques peuvent nous aider. On tente d'imaginer et de se remémorer l'inadmissible journée du 24 janvier 1943 : des convois conduisaient à Compiègne, par voie ferrée, 1662 personnes dont la moitié était juive, tandis que d'autres wagons emmenaient vers les camps de Fréjus 15.000 habitants expulsés du quartier du Vieux Port qu'on allait détruire.

Au n°5 de la Canebière (près de l'entrée de l'hôtel Oceania, qui s'appelait autrefoisHôtel Moderne)pendant les années quarante, Jean Moulin surgissait quelquefois, il réservait une chambre. Incognito et à plusieurs reprises, il venait prendre des contacts à Marseille. Près du quai des Belges, une seconde inscription mentionnait les parages du Bar du Brûleur de loups qui fut l'établissement où se retrouvaient les surréalistes et leurs amis.

Après quoi on se rend au pied d'un immeuble du 15square Stalingrad, à quelques dizaines de mètres de la fin du boulevard Longchamp. Après avoir été domicilié sur le boulevard Madeleine (aujourd'hui, boulevard de la Libération) un personnage de magnifique envergure qu'il faut se hâter d'intégrer dans notre mémoire et nos interrogations, le consul du Mexique Gilberto Bosques avait installé ses bureaux dans ces étages.


gilberto bosques
Affiche du documentaire de Lillian Liberman, 112 minutes, un entretien avec le Consul.


Son histoire ne nous est pas encore familière : une poignée d'historiens, ses deux filles ainsi qu'un éditeur basé à Marseille nous aident à mieux l'appréhender. Pour accorder des aides alimentaires ou bien juridiques, trouver et transformer des lieux d'hébergement comme les bastides de Montgrand et de La Reynarde, affréter des embarcations, fournir des visas et des billets aux républicains espagnols, à des membres des Brigades internationales ainsi qu'à des réfugiés politiques de plusieurs nationalités, Gilberto Bosques avait fait de cet immeuble la plate-forme de son immense travail quotidien. Il partageait une partie des étages avec le consul du Japon qui abritait aussi ... des espions nazis. A partir des bureaux d'émigration du Cours Joseph Thierry, des milliers de réfugiés - les estimations actuelles dépasseraient le chiffre de 20.000 personnes - échappèrent à la pénurie et aux violences. Parmi les passants considérables qui bénéficièrent des secours du Consulat, on mentionnera le photographe Walter Reuter, Walter Gruden qui fut le compagnon et collectionneur de Remedios Varo, la philosophe Maria Zambrano, la traductrice Maria Sten, Mario Montagnana, l'un des fondateurs du Parti Communiste Italien qui fut interné au camp du Vernet d'Ariège ainsi qu'aux Milles, des écrivains comme Max Aub, Alfred Kantorowicz, Egon Erwin Kisch, Jean Malaquais, Benjamin Péret ainsi qu'Anna Seghers qui fut accompagnée au Mexique par son mari et ses deux enfants (fils d'Anna Seghers, Pierre Radvanyil a plusieurs fois eu l'occasion de donner son témoignage à propos de cet épisode).
Lire la suite...
 
Germaine Krull dans son siècle, photographe insaisissable PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Jeudi, 25 Juin 2015 20:57

krullpont
Germaine Krull, photographie, Marseille, Le Pont Transbordeur, 1930.


Expostition Germaine Krull au Musée du Jeu de Paume, du 2 juin au 27 septembre 2015. Michel Frizot met en relations 150 tirages d'époque et les nombreuses publications et interventions de G. Krull dans le registre de l'édition et du reportage. D'après le site du Jeu de Paume, il s'agit de "rendre compte des interactions et de l’équilibre entre une vision artistique intégrée à l’avant-garde et une fonction médiatique et illustrative". Du8 octobre 2015 au 10 janvier 2016, l'exposition se tranportera à Berlin, Martin Gropius Bau. Catalogue édidé chez Hazan.
----------------------------------------------------------------------------------


Germaine Krull avait traversé les combats et les convulsions de son siècle avec angoisse, inventivité et détermination. Quelques saisons avant son décès, l'historien de la photographie Christian Bouqueret avait eu le privilège de l'interroger. Après quelques échanges, son interlocuteur acheva de comprendre que sa courbe de vie de était tout simplement insaisissable.

Elle était née en Pologne le 20 novembre 1897, ses parents étaient allemands. Elle mourut à Wetzlar, le 31 juillet 1985. Christian Bouqueret l'avait rencontrée quand elle accomplissait son retour en Europe, au terme de longues années de voyages et de découvertes du côté de l'Asie.Cette résistante ne cessa pas de franchir les frontières et les continents ; elle vécut pendant l'entre-deux guerres à Munich, en Russie, à Berlin, en Hollande, à Paris ainsi qu'à Monte-Carlo. Elle dirigea à Brazzaville le service photographique de la France Libre ; elle accompagna le Débarquement des Alliés en Provence et suivit la campagne d'Alsace. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, elle s'établissait à Bangkok : pendant vingt ans elle dirigea en Thaïlande le mythique Hôtel Oriental. Après quoi, elle s'étaitconvertie au boudhisme : elle s'était liée d'amitié avec le Dalaï-Lama, elle avait choisi de vivre à l'âge de 70 ans en compagnie de réfugiés tibétains dans un ashram du nord de l'Inde.
Lire la suite...
 
Une exposition passionnante au musée Bourdelle PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Mercredi, 24 Juin 2015 18:50

 

N-1_Mannequin_de_Bergame

Anonyme, Italie, Mannequin néo-classique, vers 1810.Bois et articulations de métal, tête et corps peints à l’huile. Bergame, Accademia Carrara.

 

Aujourd’hui les «petits» musées font souvent à Paris, avec sans doute peu de moyens, un travail de fond et de grande qualité dont on ne parle certainement pas assez, tout le devant de la scène étant occupé par les «rétrospectives» organisées au Grand Palais et dans les grands établissements. Il serait d’ailleurs temps de s’interroger sur cette idée un peu courte, et surtout trompeuse, qui porte le succès de ces «rétrospectives»: cette illusion qu’il serait possible d’entrer en possession complète de l’œuvre d’un artiste, d’en faire le tour, une bonne fois pour toutes, et d’en être en un sens débarrassé, d’en avoir fini avec elle. Sans trop noircir le trait, comment ne pas voir là, en effet, et au delà d’une forme évidente de perception de l’art sur le mode de la consommation de denrées, le moyen inconscient de soigner une inquiétude, celle provoquée précisément par ce qui, dans l’art, n’est pas et ne sera jamais digeste ? Mais pour en revenir aux belles initiatives de petits musées parisiens, je pense à certaine exposition sur Tivoli naguère présentée au musée Cognacq-Jay, ou, au musée de la Vie romantique, sur Charles Nodier et les Voyages pittoresques, ou encore, en ce moment même, à celle rapprochant habilement les encres de Louis Soutter et celles de Victor Hugo, dans la Maison de ce dernier, place des Vosges, ou – et c’est de celle-ci que je veux dire un mot aujourd’hui – à l’exposition intitulée Mannequin d’artiste, mannequin fétiche au musée Bourdelle, qui vient d’être en grande partie rénové.

 

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 35

Gazette

Vauvenargues moraliste, la vie brève, 1715-1747

Choses lues, choses vues | Mercredi, 22 Juillet 2015

News image

Portrait fictif de Vauvenargues,gravure du XIX° Ce texte à propos du moraliste Vauvenargues est extrait d'un livre disponible dans les librairies, éditions Images en Manoeuvres (Pollen/ Diffusion) "PABLO PICASSO...

Lire plus

Une exposition passionnante au musée Bourdelle

Choses lues, choses vues | Mercredi, 24 Juin 2015

News image

  Anonyme, Italie, Mannequin néo-classique, vers 1810.Bois et articulations de métal, tête et corps peints à l’huile. Bergame, Accademia Carrara.   Aujourd’hui les «petits» musées font souvent à Paris, avec...

Lire plus

Un Dictionnaire René Char

Choses lues, choses vues | Jeudi, 4 Juin 2015

News image

René Char aux Busclats, octobre 1986, photographie de Serge Assier. Les thématiques et les angles d'attaque decet ouvrage sont multiples, un chantier de longue durée s'est achevé en février...

Lire plus

Pierrette Lazerges et Jean Simon, les libraires de Vents du Sud

Choses lues, choses vues | Mardi, 2 Juin 2015

News image

Jean Simon en compagnie de Pierrette Lazerges à qui Bruno Etienne vient de remettre la croix de la Légion d'Honneur. Jeudi 25 juin 2015, 19 h 30, à la...

Lire plus

Radio-Zibeline, chronique hebdomadaire

Choses lues, choses vues | Mercredi, 20 Mai 2015

News image

  En novembre 2013, au terme d'un premier enregistrement qu'on retrouve sur ce lien, Marc Voiry, le responsable de Web-Radio Zibeline, m'a demandé d'imaginer une chronique hebdomadaire. Durée de...

Lire plus

1951 /1970 : les années aixoises de Georges Duby

Choses lues, choses vues | Lundi, 18 Mai 2015

News image

Georges Duby, photographie Jean Ely, années 1970. Il était né en octobre 1919. Après de brèves années d'enseignement vécues à Lyon et Besançon, Georges Duby fut nommé en octobre...

Lire plus

Arno Bertina, Jean-Marie Gleize, Frédéric Valabrègue, trois entretiens avec Radio-Zibeline

Choses lues, choses vues | Dimanche, 17 Mai 2015

News image

Arno Bertina au Mucem, photographie de Marc Voiry. Arno Bertina était invité à participer à l'émission d'Emmanuel LaurentinLe temps des archives au MUCEM, lors d'une rencontre imaginée par France-Culture...

Lire plus

Antonin Artaud, Walter Benjamin, André Breton, Germain Nouveau, Simone Weil, La Pietà de Pourrières, des films de huit minutes sur la chaîne Mativi-Marseille

Choses lues, choses vues | Mercredi, 13 Mai 2015

News image

  Une image de Germain Nouveau, poète et mendiant, 1851-1920. Six chroniques de sept ou huit minutes, réalisées avec François Mouren-Provensal, des films diffuséssur la chaîne Mativi-Marseille à propos du...

Lire plus

Une exposition de dessins de Goya à Londres

Choses lues, choses vues | Samedi, 2 Mai 2015

News image

Regozijo (Hilarité). Pinceau, encres noire et grise avec traces de craie rouge, 23,7 x 14,8 cm. New York, The Hispanic Society of America À Londres, à la Courtault Gallery,...

Lire plus

"Emportée" : Paule du Bouchet raconte Tina Jolas, compagne de René Char

Choses lues, choses vues | Lundi, 20 Avril 2015

News image

Une centaine de pages éditées en mars 2011 pour tenter de restituer"l'emportement" d'une passion amoureuse,"le flamboiementsoudainement terrible" qui modifia le cours de plusieurs existences. Le livre de Paule du...

Lire plus

Chroniques et livres d'Alain Madeleine-Perdrillat

Choses lues, choses vues | Samedi, 18 Avril 2015

News image

Depuis juillet 2010 - un texte pour une exposition de Vincent Bioulès à Paris - Alain Madeleine-Perdrillat a confié au site de la galerie, 36 articles à propos de...

Lire plus

1967-1968 : Pierre Michon et l'Atelier Théâtral Riomois

Choses lues, choses vues | Vendredi, 17 Avril 2015

News image

Marcel Col, Pierre Michon et Bernard Maume, En attendant Godot, novembre 1969. Avant d'évoquer Pierre Michon et quelques-unes des silhouettes d'une troupe de théâtre amateur qui vaquait entre Riom et...

Lire plus

Jean-Christophe Bailly, Paule du Bouchet, Bounoure, Starobinski, Quignard, Bonnefoy. Articles parus dans le site Poezibao.

Choses lues, choses vues | Jeudi, 16 Avril 2015

News image

Thierry Bouchard, photographie du milieu des années soixante-dix (Archives familiales). 22 août 2008, Florence Trocmé avait immédiatement acquiescé à ma demande. Je voulais que soit partagée l'annonce de la...

Lire plus

"Le Bruit du Temps", éditeur-libraire, 66 rue du Cardinal-Lemoine

Choses lues, choses vues | Dimanche, 12 Avril 2015

News image

  Pour atteindre à Paris le n° 66 de la rue du Cardinal-Lemoine, il faut en partant de Jussieu gravir doucement une pente qui n'a rien de redoutable. Par...

Lire plus

1894-1928 : Antonin Artaud et Marseille

Choses lues, choses vues | Samedi, 11 Avril 2015

News image

Artaud dans le rôle de Marat pour le Napoléon d'Abel Gance (1927) Sur ce lien on peut visionner Antonin Artaud à Marseille, un film de huit minutes. Sur lachaîne...

Lire plus