Choses lues, choses vues
Deux entretiens, Kamel Daoud et Raymond Depardon sur la Web-Radio-Zibeline PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Jeudi, 30 Octobre 2014 09:48
daoud
Kamel Daoud, Marseille, 28 octobre 2014, photographie de Marc Voiry

 

Sur ce lien, on trouvera un entretien réalisé pour la Web-Radio-Zibeline, en compagnie de Kamel Daoud. Lundi 27 octobre, Kamel Daoud participait à un débat, dans le cadre de la série des émissions Le temps des archives d'Emmanuel Laurentin, producteur chez France-Culture. Il s'agissait d'une rencontre du Mucem organisée par Thierry Fabre, avec le concours de l'Ina et des amis du Mucem.


Pour son roman Meursault, contre-enquête, publié par Actes-Sud, Kamel Kaoud figure parmi les quatre auteurs susceptibles de recevoir le Prix Goncourt qui sera décerné mercredi 3 mars. Sur ce lien de Radio-Zibeline, on peut écouter une présentation de son livre.


Lundi 27 octobre était aussi le jour de la visite de presse au Mucem de l'exposition Un moment si doux, photographies de Raymond Depardon. Sur cet autre lien, on retrouvera l'entretien de vingt minutes que j'ai pu réaliser en compagnie de Marc Voiry. 


depardon

 

L'exposition de Raymond Depardon est présentée au Mucem, jusqu'au 2 mars 2015. Commissaire général, Hervé Chandès ; commissaire associé Jean-Roch Bouiller.

Alain Paire.

 
Radio-Zibeline, chronique hebdomadaire PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Dimanche, 26 Octobre 2014 20:45

Logo.zibeline

 

En novembre 2013, au terme d'un premier enregistrement qu'on retrouve sur ce lien, Marc Voiry, le responsable de Web-Radio Zibeline, m'a demandé d'imaginer une chronique hebdomadaire.


Durée de l'émission, six à  sept minutes. Axée sur la culture en proche région -  arts plastiques, histoire et littérature - la chronique tisse des liens entre passé et présent.  

enregistrement, Marc Voiry, radio zibeline

13 février 2014, terrasse des Danaïdes, enregistrement en compagnie de Marc Voiry (photographie Philippe Rouzaud).

En podcast, on peut réécouter les chroniques :

43. jeudi 30 octobre, sur ce lien, entretien de vingt minutes avec Kamel Daoud.

42. semaine du 28 octobre, sur ce lien, "Kamel Daoud au Mucem". Le mardi 28 octobre, mise en ligne d'un entretien avec Raymond Depardon, sur cet autre lien.

41. mardi 21 octobre, sur ce lien, "L'Atinoir traduit la vie de Tina Modotti".

40. mardi 14 octobre, sur ce lien, "Le jas de Bouffan du Docteur Corsy".

39. mardi 7 octobre, sur ce lien, "Le sauvetage du Couvent de Pourrières".

38. mardi 30 septembre,  sur ce lien, "Jean-Christophe Bailly au CIPM". En complément, sur cet autre lien, un entretien de trente minutes avec Jean-Christophe Bailly.

37. mardi 23 septembre, sur ce lien : "Aix, le monument Joseph Sec".

36. mardi 16 septembre, sur ce lien : "Au Mucem, les films du Soleil".

35. mardi 9 septembre 2014, sur ce lien : "La Pietà de Pourrières".

34. mardi 15 juillet, sur ce lien : "Aix / Musée Granet : la collection Pearlman".

33. mardi 8 juillet, sur ce lien : "René Char, au Mucem".

32. mardi 30 juin, sur ce lien : "Kamel Khélif, un film sur Conrad, des projets".

31. mardi 23 juin, sur ce lien : "Marie Morel et le Festival d'Art singulier , la censure d'Aubagne".

30. mardi 16 juin, sur ce lien : "Aix-Cours Mirabeau, galerie d'art du Cg 13,  fermeture annoncée".

29. mardi 9 juin, sur ce lien : "Gaston Berger, le père de Maurice Béjart".

28. mardi 2 juin, sur ce lien : "Tzvetan Todorov au Mucem".

27. mardi 27 mai, sur ce lien : "Cyrille Rougier, le ferronnier ami de Cézanne".

26. mardi 20 mai, sur ce lien : "Sylvain Gérard : la nuit sera noire et blanche".

25. mardi 13 mai, sur ce lien : "Sanjay Subrahmanyam, pionnier de l'histoire globale".

24. Mardi 6 mai, sur ce lien : "Cédric Fabre, une anthologie du polar marseillais"

23. Mardi 29 avril, sur ce lien : "Jacqueline Picasso, la femme au miroir".



22. Mardi 22 avril, sur ce lien : "Mathieu Pernot,pendant la guerre, un camp d'internement  de tziganes".



21. Mardi 15 avril, sur ce lien : "Gilberto Bosques, un autre Varian Fry".

20. Mardi 8 avril, sur ce lien : "Chas-Laborde, dessinateur de l'entre-deux guerres".



19. Mardi 1 avril, sur ce lien : "Ralf Marsault, un ethnographe photographie les Punks de Berlin".

 

18. Mardi 25 mars, sur ce lien : "Frédéric Pajak au J4, samedi 29 mars".

 

 

 

 

 

17. Mardi 18 mars, sur ce lien : "La Comtesse Pastré, mécène des musiciens".



16. Mardi 11 mars, sur ce lien : "Carlo Ginzburg, une conférence au Mucem".


 

15. Mardi 4 mars , sur ce lien : "Madame Pascal : Monticelli annonce Pollock".


 

14. Mardi 25 février, sur ce lien : "Marseille, septembre 1940 : Hannah Arendt et Walter Benjamin, les derniers jours d'une amitié".

13. Mardi 18 février, sur ce lien : "Brice Mathieussent se souvient des Beach Boys".

12. Mardi 11 février, sur ce lien : "Philippe Jaccottet, le poète-traducteur, un volume de La Pléiade".

11. Mardi 4 février, sur ce lien : "Antonin Artaud à Marseille : La Criée du pharmacien Léon Franc et les Cahiers du Sud".



10. Mardi 28 janvier, sur ce lien : "Pierre Puget au musée Longchamp, mélancolique empereur des forçats"

 

Lire la suite...
 
Un entretien avec Jean-Christophe Bailly, chez Web-Radio Zibeline PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Vendredi, 24 Octobre 2014 09:20

Bailly2

mercredi 1 octobre, Jean-Christophe Bailly donnait au Cipm de la Vieille Charité une lecture de textes de Walter Benjamin et d'Anna Seghers : cette lecture rappelait que "c'est en allemand que furent écrites quelques unes des plus belles pages sur Marseille, au siècle dernier, à l'époque du pont transbordeur. Un allemand de voyageurs et d'exilés, une langue libre, une langue séduite et accélérée par les rues de la ville qui s'ouvrait sous leurs pas".  Ensuite, Jean-Christophe Bailly qui avait demandé que soit projetée une photographie de Berlin réalisée en 1928 par Mario von Bucovich, a lu un essai de définition de sa relation avec la culture allemande, et puis de larges extraits de Col treno, le premier livre qu'il ait publié chez Argol, avec des photographies de Bernard Plossu.


Jean-Christophe Bailly était convié à Marseille pour  quelques jours, dans le cadre d'une résidence imaginés par l'Assocation Alphabetville de Colette Tron. Ce vendredi 3 octobre, il nous a reçus dans la chambre d'un immeuble proche de la gare Saint-Charles et des allées Léon Gambetta. En compagnie de Marc Voiry, pour la Web-Radio Zibeline, j'ai pu réaliser un entretien de trente-quatre minutes qu'on écoute sur ce lien.

Dans cet entretien, il est d'abord question du chapitre 33 de Le Dépaysement / Voyages en France, L'hypothèse du bariol où Marseille est évoquée. Après quoi, Jean-Christophe Bailly parle du décentrement des éditions d'André Dimanche avec qui il réalisera bientôt un nouvel ouvrage, à propos d'Alberto Giacometti. Ensuite il évoque une recherche effectuée par Joséphine Pinatel, une étudiante de l'Ecole du Paysage de Blois qui a travaillé autour de l'aérodrome de Marignane : parmi les désordres de la lagune de Blomon, on découvre un étrange chaos, des remblais, des cabanes de pêcheur, des réserves d'oiseaux et de poissons.
Lire la suite...
 
Un livre déroutant : "Le Dépaysement / Voyages en France" de Jean-Christophe Bailly PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Jeudi, 23 Octobre 2014 20:39
Jacqueline_Salmon
Photographie de Jacqueline Salmon parue dans un autre livre de J-C Bailly, "Rimbaud parti", éd. Marval , 2006.

 

Le défi et le pari du livre de Jean-Christophe Bailly, la condition même de sa réussite, sont que quiconque connaît vraiment la France pour y avoir vécu ou séjourné longuement, la reconnaisse dans les mots de l’auteur, s’y reconnaisse, comme l’on dit, – et, faut-il le préciser, il n’est pas besoin d’être français pour cela. Cette reconnaissance ne saurait procéder de quelques faits historiques mémorables, souvent mythifiés (les Gaulois, Jeanne d’Arc, le Grand Siècle, Napoléon…), ni de caractères géographiques distinguant telle ou telle région ou telle et telle ville pour mieux célébrer l’improbable unité de la Nation : tout ce fonds que l’auteur rattache aux cours d’« histoire-géo » naguère dispensés dans les écoles de la République est trop marqué d’idéologies et ne retient du réel qu’une imagerie propre à les servir. Il serait pourtant illusoire et vain de faire mine d’ignorer qu’à Fontainebleau, par exemple, eurent lieu les adieux de l’Empereur, comme à Varennes l’arrestation de Louis xvi, ou que les noms de lieux, avec ce qu’ils portent en eux d’histoire – la Bretagne, Verdun, Lascaux, le Pays basque… – imposent des perceptions et des rêveries qui modifient substantiellement leur réalité même. Aussi conçoit-on que la voie est étroite où l’auteur s’engage pour essayer de comprendre, dit-il, ce que le mot « France » désigne aujourd’hui ; une voie étroite et semée d’embûches entre les clichés cocardiers ou fâcheusement nationalistes, les évocations nostalgiques du « bon vieux temps », les poncifs touristiques et la difficulté de dire aussi, sobrement, certains espaces désolés très caractéristiques de notre époque, soit que le Progrès semble s’être définitivement détourné d’eux, comme il est arrivé à l’ancien nœud ferroviaire de Culoz, soit qu’ils appartiennent aux marges des grands centres et axes de développement, comme ces « zones » ou ces « cités » de banlieue vers Gentilly, près de la ligne du RER B et de l’autoroute du Sud.

Pour mieux éviter ces périls, Jean-Christophe Bailly va au-devant d’eux, il les affronte directement, non sans un certain courage littéraire ; on conçoit aisément en effet qu’il pouvait être tenté d’écarter des lieux trop chargés d’histoire et d’images, comme Varennes ou Verdun, quand au contraire il s’y rend et en parle sans même chercher à être à tout prix original. C’est aussi qu’il s’agit de lieux communs, si je puis dire, qui ont contribué à fonder l’idée que l’on se fait aujourd’hui de la France et qu’il convient donc d’identifier comme tels pour mesurer et faire sentir leur poids dans ce travail de fondation. On observera en revanche que l’auteur se désintéresse entièrement de bien d’autres lieux communs (l’expression cette fois prise dans son sens habituel) souvent appliqués à la France, sur la gastronomie par exemple, ou sur la mode. Se devine alors quelque chose de la « méthode » qu’il suit dans ce livre, non pas une vraie méthode d’ailleurs, plutôt un cheminement où il avance en se fiant au hasard, mais pas aveuglément, en le pondérant de quelques repères perçus comme nécessaires. Un peu comme lorsqu’on découvre une ville où l’on va à la rencontre des monuments « à voir absolument » selon un itinéraire improvisé et rêveur, au risque consenti de s’égarer plus d’une fois et peut-être de les manquer. Ainsi les endroits évoqués, ceux qui font l’objet d’un chapitre, ne répondent à aucune logique, à aucun quadrillage systématique du territoire : tantôt ils correspondent simplement à une ville où l’auteur a été invité (Arles, Saint-Étienne), ou dont des amis lui ont parlé (Culoz), ou bien vue en passant, depuis un train (Beaugency, le cimetière de Toul), ou encore où il a dû vivre à une certaine époque (Bordeaux, bien que le texte ne le suggère que par un double « je me souviens » assez pérequien), tantôt ils répondent à un intérêt clairement énoncé, comme le chapitre sur le Familistère de Godin, à Guise, ou celui sur le musée Rodin, à Meudon, et l’on sent alors que ces pages pourraient être détachées de l’ensemble, comme celles sur Rimbaud, qui de fait avaient déjà été publiées séparément avec des photographies de Jacqueline Salmon. L’équilibre atteint entre deux visées – faire place aux hasards de nos vies, qui nous conduisent ici ou là, et reconnaître en ces lieux ce qui s’impose à nous d’une façon ou d’une autre, malgré qu’on en ait : tel épisode historique, une légende, un monument… –, cet équilibre entre l’approche subjective du voyageur cédant à des sollicitations ou à des impulsions, et la volonté de comprendre comment se forge la représentation que nous nous faisons d’une ville, d’une région et pour finir d’un pays, fait tout le charme de ces Voyages en France.

 

Lire la suite...
 
Antonin Artaud, Walter Benjamin, André Breton, Germain Nouveau, Simone Weil, La Pietà de Pourrières, des films de huit minutes sur la chaîne Mativi-Marseille PDF Envoyer
Choses lues, choses vues
Mercredi, 22 Octobre 2014 16:20

 

Mendiant

Une image de Germain Nouveau, poète et mendiant, 1851-1920.

Six chroniques de sept ou huit minutes, réalisées par François Mouren-Provensal, des films diffusés sur la chaîne Mativi-Marseille à propos du passage des écrivains et de la littérature en région sud.


Sur ce lienAntonin Artaud à Marseille. Il est né à Marseille en 1896. Jusqu'en 1928, il fait de fréquents retours dans sa ville natale. Cette chronique explore quelques-uns des lieux de sa trajectoire : son premier domicile , 15 rue des frères Carasso, le collège du Sacré Coeur de la rue Barthélemy où il effectue toute sa scolarité, les quais de la Joliette et l'exposition Coloniale de 1922 où il aperçoit des danseuses Balinaises. Artaud publie des textes dans deux revues implantées à Marseille, La Criée et Les Cahiers du Sud, grâce aux animateurs de ces revues, Léon Franc et André Gaillard. D'autres renseignements sur ce lien.


Sur ce lien, André Breton / Villa Air Bel. Breton fait séjour à Marseille à compter d'octobre 1940. Il rejoint l'équipe de Varian Fry et Victor Serge qui ont élu domicile à la Villa Air Bel. Il quittera le Vieux Port à bord du Capitaine Paul Lemerle, le 24 mars 1941. La Villa Air Bel a été squattée et puis détruite au début des années 80 : ses uniques vestiges, ce sont un jardin d'herbes folles et les deux piliers de la porte d'entrée. 
Le film évoque la compagne de Breton, Jacqueline Lamba et l'action de Varian Fry que Victor Serge définit comme le tout début de la Résistance en France. Des images d'archives situent le passage en décembre 1940 du Maréchal Pétain ainsi que le trajet du tramway qui permettait, depuis la gare de Noailles, de rejoindre en 30 minutes la Villa Air Bel où  fut inventé "le Jeu de Marseille". Sur le quai du Vieux Port, on retrouve le café du Brûleur de loups, lieu de ralliement des surréalistes et des membres de la coopérative des Croque-Fruits. Sur le bateau qui l'emmène vers la Martinique et les Etats-Unis, André Breton se lie d'amitié avec Claude Lévi-Strauss.
Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 30

Gazette

Deux entretiens, Kamel Daoud et Raymond Depardon sur la Web-Radio-Zibeline

Choses lues, choses vues | Jeudi, 30 Octobre 2014

News image

Kamel Daoud, Marseille, 28 octobre 2014, photographie de Marc Voiry   Sur ce lien, on trouvera un entretien réalisé pour la Web-Radio-Zibeline, en compagnie de Kamel Daoud. Lundi 27...

Lire plus

Radio-Zibeline, chronique hebdomadaire

Choses lues, choses vues | Dimanche, 26 Octobre 2014

News image

  En novembre 2013, au terme d'un premier enregistrement qu'on retrouve sur ce lien, Marc Voiry, le responsable de Web-Radio Zibeline, m'a demandé d'imaginer une chronique hebdomadaire. Durée de...

Lire plus

Un entretien avec Jean-Christophe Bailly, chez Web-Radio Zibeline

Choses lues, choses vues | Vendredi, 24 Octobre 2014

News image

mercredi 1 octobre, Jean-Christophe Bailly donnait au Cipm de la Vieille Charité une lecture de textes de Walter Benjamin et d'Anna Seghers : cette lecture rappelait que "c'est en...

Lire plus

Un livre déroutant : "Le Dépaysement / Voyages en France" de Jean-Christophe Bailly

Choses lues, choses vues | Jeudi, 23 Octobre 2014

News image

Photographie de Jacqueline Salmon parue dans un autre livre de J-C Bailly, "Rimbaud parti", éd. Marval , 2006.   Le défi et le pari du livre de Jean-Christophe Bailly,...

Lire plus

1894-1928 : Antonin Artaud et Marseille

Choses lues, choses vues | Lundi, 20 Octobre 2014

News image

Artaud dans le rôle de Marat pour le Napoléon d'Abel Gance (1927) Sur ce lien on peut visionner Antonin Artaud à Marseille, un film de huit minutes. Sur la chaîne...

Lire plus

Michel Fixot : une interprétation de la Pietà de Pourrières

Choses lues, choses vues | Samedi, 11 Octobre 2014

News image

  A propos de La Pietà de Pourrières et du Couvent des Minimes, cf. un film de sept minutes, sur ce lien, chaîne Mativi-Marseille. ---------------------------------------------- La composition en triptyque...

Lire plus

Depuis 1966, Jean de Gaspary et le couvent des Minimes de Pourrières

Choses lues, choses vues | Vendredi, 10 Octobre 2014

News image

1966, une vue du couvent des Minimes de Pourrières. Cf dans le prolongement de cet article, sur ce lien, une chronique de Web-Radio Zibeline.  A propos de La Pietà de...

Lire plus

Germain Nouveau (1851-1920), poète et mendiant

Choses lues, choses vues | Jeudi, 9 Octobre 2014

News image

Germain Nouveau et l'un de ses proches, dans une rue d'Aix-en-Povence, carte postale éditée par Maïté Pin-Dabadie. Le tirage de cette photographie fut effectué un peu après le décès...

Lire plus

5 Juin 1912, Germain Nouveau envoie une carte postale à Ernest Delahaye

Choses lues, choses vues | Mercredi, 8 Octobre 2014

News image

A propos de Germain Nouveau, cf un film de sept minutes, sur ce lien, chaîne Mativi-Marseille. Sur cet autre lien, article Germain Nouveau, poète et mendiant. ------------------------------------------------------- Juin 1912....

Lire plus

Le Pavillon Joseph Sec, interprété par Michel Vovelle et Pierre Donaint

Choses lues, choses vues | Dimanche, 28 Septembre 2014

News image

La cour intérieure du Monument Joseph Sec, photographie de Pierre Donaint. Joseph Sec naquit en 1715. Cet autodidacte du Siècle des Lumières, ce célibataire légua à ses nièces et...

Lire plus

Un nouveau livre sur Eugène Atget

Choses lues, choses vues | Samedi, 27 Septembre 2014

News image

Eugène Atget, Boutique boulevard de Strasbourg, 1912. Pour qui a longtemps vécu à Paris, une amitié naturelle naît pour l'œuvre d'Eugène Atget tant cette ville conserve ici et là,...

Lire plus

Simone Weil à Marseille. 8, rue des Catalans : "L'écart et la présence".

Choses lues, choses vues | Lundi, 25 Août 2014

News image

On trouve sur la chaine Mativi-Marseille, un petit film de sept minutes, sur ce lien,  à propos de Simone Weil à Marseille. Simone Weil et ses parents décidèrent de...

Lire plus

Edgar Degas : "Après le bain, femme s'essuyant"

Choses lues, choses vues | Samedi, 26 Juillet 2014

News image

Article paru dans La Provence, édition d'Aix, mercredi 23 juillet 2014 Sa pose est déconcertante. Son apparition procède d'une très vive sensation. Elle révèle un très fort désir et...

Lire plus

André Breton et Claude Lévi-Strauss, Marseille/ New York

Choses lues, choses vues | Samedi, 5 Juillet 2014

News image

Portrait d'André Breton, dessin d'André Masson Sur ce lien, chaîne Mativi-Marseille, cf un film de sept minutes André Breton / Villa Air Bel. Depuis mars 1941 jusqu'au milieu des...

Lire plus

Vauvenargues moraliste, la vie brève, 1715-1747

Choses lues, choses vues | Dimanche, 22 Juin 2014

News image

Portrait fictif de Vauvenargues,gravure du XIX° Ce texte à propos du moraliste Vauvenargues est extrait d'un livre disponible dans les librairies, éditions Images en Manoeuvres (Pollen/ Diffusion) "PABLO PICASSO...

Lire plus