Logo

Hippocampe

Pour cette dixième livraison de la revue Hippocampe, une nouvelle organisation en cinq parties (recherches et idées / création / rubriques : traduction, radio, enquête / notes de lecture / dossier thématique). Ce volume de 168 pages entremêle des essais, des nouvelles, de la poésie, des entretiens...

On trouvera courant mai la revue Hippocampe à Marseille, dans deux librairies :

Librairie L'Odeur du Temps,  35 rue Pavillon, 13001 Marseille.
Librairie Le Lièvre de Mars , 21 rue des Trois Mages, 13001 Marseille.

Prix douze euros, d'autres renseignements, possibilité d'achat en ligne sur le site de la revue Hippocampe.


Sommaire du numéro 10

Citations tirées du Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre et d'Espèces d'espace de Georges Perec dispersées dans le numéro.  L'image de couverture, un dessin de Robert Longo, collection Claudine et Jean-Marc Salomon.


Recherches et idées

Philippe Roger / L'image selon Jean Grémillon
David Collin / Visages absents, visages inconnus
Jean Raine / Un festival du cinéma expérimental et abstrait
Paul Sztulman / L'infini scellé - Joseph Cornell
Camille Paulhan / Roy Adzak
Fabien Pinaroli / La célérité coite de Gianni Piacentino
Anne Maurel / Quand l'écriture se fait exploration

Dossier Chambres et Imaginaire

Michelle Perrot / Entretien
Henri-Alexis Baatsch / Hôtel du Pavot - Dorothea Tanning
Alain Paire / Joë Bousquet : "Quelle ma chambre au bout du voyage ?"
Le Corbusier / Une chambre à ciel ouvert - appartement Beistegui
Florent Danne / Tenir la chambre - Morandi et Jaccottet

Création

Enrique Vila-Matas / Tu as fait tourner la folie (su Sergio Pitol)
Sergio Pitol / La Panthère (nouvelle inédite en français)
Vincent Weber / Faire la carte (extraits)
Muriel Pic / Elégies de Rügen
Pierre Voélin / Du carnet noir
Ulla von Brandenburg / portfolio

Rubriques

Radio / Philippe Baudouin / Walter Benjamin, l'employé du mois
Radio / David Christoffel et Philippe Baudouin / De la schizophonie
Traduction / Thierry Gillyboeuf / L'athlétisme du langage (à propos du Journal de H.D. Thoreau)
Enquête / À quoi réservez-vous l'écriture manuscrite ? (Étienne Klein, Robert Alexis, Maryline Desbiolles, Marie Richeux, Philippe Artières, Christian Bernard).

Notes de lecture

Pierre Macherey, Philosopher avec la littérature ; 
Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps / par Odile Schoendorff
José Ortega y Gasset, Misère et splendeur de la traduction ; Patrick MacGuinness, Les Cent derniers jours ; 
Torgny Lindgren, Souvenirs / par Thierry Gillyboeuf.

Bousquet-au-lit-par-Jean-Dubuffet

Jean Dubuffet : Joë Bousquet,  format 146 x 114 cm, collection du MOMA, Musée d'art moderne, New-York..

HIPPOCAMPE : ESSAI DE DEFINITION

L'hippocampe est un animal marin hippocéphale mythologique, ancestral et atemporel, mais il s'agit également d'un secteur du cerveau qui joue un rôle primordial dans le processus de mémorisation. Il contribue à l'anticipation dans le présent grâce à l'exploitation et à l'analyse des traces du passé.

C'est au croisement sémantique de ces termes que se place la revue littéraire et artistique Hippocampe qui est imprégnée de problématiques contemporaines, mais traitées en dehors du flot de l'actualité avec des instruments transchronologiques et pluridisciplinaires. La revue est régie par l'appareil méthodologique du montage qui fut développé par trois intellectuels de la première moitié du XXe siècle, dont elle revendique l'héritage : Walter Benjamin avec son Livre des Passages, Aby Warburg avec son Atlas Mnémosyne et Georges Bataille dans sa revue Documents.

Chaque semestre la revue rassemble des essais, des entretiens, des textes de création, des portfolios dans des cahiers de 150 pages organisés en cinq temps : Recherches, idées, débats / Créations / Rubriques (radio, traduction, enquête) / Dossier thématique / Notes de lecture composent un montage complexe que le médium de la revue permet de mettre en scène.

Création de la revue : juin 2009
Parutions, avril et octobre, 1.000 exemplaires.

Format 26 x 20 cm , 140 / 168 pages                                                              

Rédacteur en chef, Gwilherm Perthuis. Revue de presse sur ce lien. Pour l'année 2014, la revue bénéficie de l'aide du Centre national du livre, de la Fondation Salomon et de la Librairie Michel Descours.

Hippocampe éditions, 21 rue Duhamel FR-69002 LYON. Parmi les numéros précédents, n°9, octobre 2013 consacré à l'année 1913. Numéro 7, avril 2012, dossier Jean-Christophe Bailly. Numéro 6, décembre 2011, Catalogne. Numéro 5, juin 2011, Penser l'exposition.

La revue édite un journal critique bimestriel, renseignements sur ce lien. Sommaire du n°15, mars-avril 2014,  sur cet autre lien.

Bal / Prévert / Brassaï

n° 7, Hippocampe / La Nuit, page 76, photographie de Brassaï, Premier décor du bal Rendez-vous.


A propos de sa revue et du cahier Année 1913, l'éditorial de Gwilherm Perthuis : 

On me demande très souvent : « Pourquoi le nom Hippocampe ? », « Qu’est-ce qui vous a poussé à créer une revue? », « Comment le projet a-t-il démarré ? ». J’ai toujours des difficultés à résumer en une formule simple et efficace le faisceau de raisons qui m’a incité à fonder un périodique semestriel. Une multitude de facteurs pourrait être convoquée, mais aucun ne me semble primer sur les autres : rencontrer des auteurs, approcher le monde de la petite édition, expérimenter les riches ressources de ce medium, travailler sur les frictions entre contributions, se positionner par rapport à une histoire des revues ... D’emblée, une approche pluridisciplinaire s’est imposée (principalement littéraire et artistique), et la constitution de dossiers sur des thématiques larges est devenue l’une des particularités (peu originale) d’Hippocampe. Des intuitions personnelles furent renforcées, complétées, nuancées par les regards expérimentés de plusieurs compagnons. Expliquer ses motivations est une affaire complexe. Créer une revue apparaît rétrospectivement comme une évidence.

Bien que sa colonne vertébrale soit de plus en plus précise et visible, la revue ne cesse de se métamorphoser ; elle est perpétuellement en train de se réinventer de l’intérieur. C’est d’ailleurs sans doute l’une de ses propriétés ambivalentes les plus stimulantes : la défense à chaque parution d’une identité – une continuité – couplée à une remise en cause des facilités, à une perturbation de ses acquis et à une réactualisation de ses pratiques. Une revue indépendante de création ne peut pas être un objet statique protégé par un rempart, mais, au contraire, devrait être une concentration de contenus bouillonnants (textes et iconographies), de savoirs, et de réflexions en cours d’élaboration ; une rencontre de propositions amenées à rebondir, à être prolongées plus tard et à faire réagir.

Après plus de quatre années d’existence, notre revue amorce un tournant avec cette livraison spéciale totalement dédiée à l’année 1913. Focalisé sur ce moment particulièrement riche de l’immédiate avant-guerre, tant sur le plan artistique, littéraire, que politique ou sociologique, ce numéro marque une transformation importante d’Hippocampe. Après ce volume charnière, nous abandonnerons l’approche thématique au profit d’un nouveau découpage favorisant encore davantage la rencontre et le dialogue entre les formes: récits, entretiens, poésie, nouvelles, essais, points de vue, créations... Hippocampe a développé un tropisme suisse que cette livraison spéciale prolonge. En effet, les auteurs au sommaire ont été réunis en février dernier dans le Jura suisse à l’occasion d’un colloque sur l’année 1913 organisé par L’arc-Romainmôtier. Sous l’égide de David Christoffel, de David Collin, d’Ariane Lüthi, et de Veronika Sellier, que je tiens à remercier pour leur confiance, la revue rassemble les principales communications autour d’un thème qu’il nous semblait important de traiter, non par l’intermédiaire d’une somme encyclopédique (ce qui existe déjà), mais par des effets de résonance, d’échos, ou de va-et-vient entre les sujets ; puis par un montage subtil entre trois types de matériaux : des textes, des images, des citations.. ¶ G.P.

hippocampe

© 2015 Alain Paire. Tous droits réservés.